Le littering : une question de choix

PRO VELO Chablais a organisé une action de ramassage de déchets samedi 18 septembre à Aigle, dans le cadre du Clean-Up Day et du « Coup de balai » cantonal. L’association souhaite sensibiliser la population à la problématique du littering et montrer l’utilité du vélo cargo comme moyen de transport.

 

Les bouteilles en plastique sont les déchets qui polluent le plus
Les bouteilles en plastique sont les déchets qui polluent le plus

 

Le Clean-Up day est une action mondiale qui a lieu en septembre dans 180 pays pour lutter contre les déchets abandonnés sur la voie publique ou « littering ». En sol helvétique, cette journée a été organisée par la Communauté d’intérêts pour un monde propre (IGSU) avec plus de 600 actions locales, dont Aigle et Monthey. Dans la même période, la Coopérative romande de sensibilisation à la gestion des déchets (COSEDEC) a également aidé les communes, les écoles, les entreprises et les associations à organiser plus de 90 actions cantonales nommées « Coup de balai ».

 

Pour une ville d’Aigle propre et nette

L’action de PRO VELO Chablais a débuté dans le quartier de la Planchette avec les mots de bienvenue du Municipal de la commune d’Aigle en charge des travaux publics, Jean-Luc Duroux.

 

Un panneau invitant à éliminer les ordures correctement retrouvé au sol
Un panneau invitant à éliminer les ordures correctement retrouvé au sol

 

L’organisatrice de l’action, Cecilia Viscarra, membre du comité de PRO VELO Chablais, a invité les participants à dire ce qu’ils/elles pensaient du littering. « Ça me rend triste » dit Adélie de 6 ans. « C’est dérangeant et ce qui m’interpelle le plus, ce sont les mégots de cigarette, car c’est un acte conscient », dit une autre participante. En effet, le littering peut arriver intentionnellement ou de manière involontaire. Selon l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), une des causes est que les lieux publics sont davantage fréquentés en période estivale, par exemple pour pique-niquer ou faire des soirées dans un parc. Une autre cause est l’anonymat qui favorise l’abandon de déchets. Les valeurs personnelles jouent aussi un rôle important. Ainsi, les lieux appréciés par la population comptent moins de déchets sauvages.

 

Le littering a évolué avec les habitudes de consommation, notamment lors de l’apparition des emballages jetables. « Nous n’avons qu’une planète et si on la détruit avec des déchets, c’est vraiment dommage », dit Joao, un adolescent qui s’est déplacé depuis Clarens pour participer à l’action de PRO VELO Chablais. Et il a raison : le littering n’a pas seulement un impact au niveau esthétique, mais aussi au niveau écologique : les déchets sauvages ne peuvent plus être recyclés. Il faut alors acquérir et traiter de nouvelles ressources, avec tous les impacts environnementaux que cela comporte. En outre, le littering constitue également une menace pour la faune et la flore.

 

Une grande quantité de déchets triés grâce à cette action
Une grande quantité de déchets triés grâce à cette action

 

Un autre impact du littering est son coût. « Nettoyer ces déchets sauvages coûte cher à la commune, car on doit engager du personnel les weekends pour s’en occuper » affirme Jean-Luc Duroux, Municipal pour la gestion des déchets, la voirie et l’entretien. Selon l’OFEV, chaque année, le nettoyage (effectué à 75 % dans les espaces publics) revient à environ 200 millions de francs suisses. À cela s’ajoutent des coûts élevés pour les mesures de prévention et les campagnes d’information.

 

Mobilité, déchets : des choix individuels

Pourquoi PRO VELO Chablais s’engage-t-il à lutter contre le littering ? L’association de défense des intérêts des cyclistes souhaite montrer qu’il y a des actions quotidiennes simples et efficaces pour agir en faveur de l’environnement. Par exemple, en termes de mobilité, privilégier le vélo ou la marche à la place de la voiture. C’est plus sain et moins polluant. Quant aux déchets, les personnes ont très souvent le choix de les réduire, par exemple, en consommant moins de produits à usage unique ; en réutilisant ou les recyclant quand on ne peut pas les éviter. Une gourde d’eau est plus saine et moins polluante qu’une boisson en bouteille PET, qui peut finir en pleine nature.

 

Enfants et parents sur la route pour cette journée « Coup de balai »
Enfants et parents sur la route pour cette journée « Coup de balai »

 

PRO VELO Chablais a apporté une particularité intéressante à cette action : les déchets valorisables ont été triés et transportés en vélo-cargo aux points de recyclage, montrant ainsi l’utilité de ces engins pour le transport et la logistique. Les trajets ont été effectués sans émettre du CO2, grâce à l’engin mis à disposition par l’Union Cycliste Internationale (UCI).

 

Les organisateurs et les participants étaient satisfaits de l’action, même si la quantité de déchets a surpris tout le monde. PRO VELO Chablais répétera l’expérience en 2022, en collaboration avec la commune d’Aigle et les associations de quartier.

 

L’action en chiffres

22 volontaires de 3 à 53 ans

2 parcs à la Planchette et sur le Chemin des Ponts

150 L de déchets non-valorisables ramassés

60 L de bouteilles PET

60 L de déchets en alu et en verre

 

Prix au déchet le plus anodin

Dans le top cinq nous avons eu : une chaussure gauche, un pantalon, le panneau de « ne pas jeter des déchets en bas de l’immeuble », et l’objet gagnant : une casserole au milieu des arbustes !

Partagez l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Thêmes

Article écrit par

C. Viscarra Moser

C. Viscarra Moser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Point Chablais
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn