Le point de la rédaction

Octobre 2021


Un conte écolo
Il était une fois notre planète. Plus qu’une planète, c’est notre maison. Montrez-moi comment vous traitez votre maison et je vous dirai qui vous êtes. Jetez-vous vos papiers au sol ou à la poubelle ? Mieux encore, valorisez-vous vos déchets ? Concernant l’écologie, les sujets sont nombreux et les discussions vont bon train. Mais il est ainsi peut-être temps de se réveiller et de passer à l’action, car des belles paroles nous en entendons depuis bien longtemps. Pas besoin de s’appeler Greta pour faire bouger les choses. Quoi qu’elle aura au moins eu le mérite de faire passer nos dirigeants mondiaux pour… je vous laisse juger bon de la suite !

 

Heureusement, nos dirigeants locaux veillent au grain et leurs actions se font régulières, tant à Aigle qu’à Bex. En même temps, ils n’ont pas vraiment le choix… De nombreuses directives sont dictées à des échelles plus grandes. Mais la dernière opération que nous pouvons relever nous vient de la cité du sel puisque, dorénavant, plusieurs bordures de routes vont favoriser la biodiversité. Pour ce faire, les fauches seront moins nombreuses et plus tardives. Pas de panique donc, il ne s’agit pas d’un laisser-aller du service parcs et jardins, mais d’une action mûrement réfléchie. Bien que les systèmes employés ne soient quant à eux pas très écologiques, je vous laisse le soin de le constater dans notre article en page 7 de l’édition d’octobre. Il faut l’avouer, favoriser la biodiversité de manière non écologique, ça ne sonne pas très bien. Comme on dit : personne n’est parfait et c’est toujours ça de pris. Mais nous pourrions toujours faire mieux !

 

Cette introduction me sert également à vous rappeler un événement sympathique et, pour le coup, pas tant éloigné des tumultes de l’écologie : la nuit du conte qui aura lieu le 12 novembre. Le thème est, vous l’aurez certainement déjà deviné : « Notre planète, notre maison ». Écoles, bibliothèques, librairies et autres institutions sont invitées à partager l’expérience des récits et de la lecture. Ce sur quoi vous allez certainement me rappeler que nous retournons dans du blabla inutile. Oubliez donc le début de ma tirade et profitez simplement de l’instant présent. Car il n’y a pas d’âge pour se laisser embarquer dans un conte. Et il faut tout de même reconnaître que les livres pour la jeunesse concernant le réchauffement climatique (même si en Suisse nous avons plus froid que chaud !) sont de plus en plus nombreux et ont la cote !

Point Chablais