Annonces

Annonces

Le point de la rédaction

Janvier 2022

Ce mois-ci, il y a un sujet qui m’a particulièrement touché, c’est l’Académie des Perroquets : une association fondée l’année dernière à Bex (lire article en pages 22 à 25). Dans mon entourage, personne ne possède d’oiseaux. À mon avis, un oiseau n’a strictement rien à faire dans une cage. Vous me direz, il fut un temps où les chats n’avaient rien à faire dans un appartement et pourtant, j’ai un chat ! Mais quand même… Je ne savais pas que des perroquets pouvaient être adoptés. Pour moi, ils coulaient des jours heureux dans les pays chauds ! Ce qui serait sans aucun doute mieux pour eux ! Malheureusement, l’élevage est courant et il est beaucoup trop facile d’en acheter. Rien qu’en parcourant les petites annonces sur internet, on peut en quelques clics, adopter un oiseau.

 

Je me suis donc rendue dans cette association à reculons, sans savoir à quoi m’attendre, mais tout de même un brin curieuse. Encore aujourd’hui, j’en ressors avec des sentiments contradictoires. Non pas à cause de l’Académie des Perroquets qui fait un travail fabuleux, mais en raison de l’interview. Celle-ci m’a ouvert les yeux sur un monde cruel. Oui, je suis naïve je sais ! J’ai découvert que beaucoup de propriétaires de perroquets, ou d’autres espèces d’oiseaux d’ailleurs, maltraitent leurs compagnons à plumes. Bien souvent par méconnaissance mais en même temps, ça paraît logique qu’on ne laisse pas un oiseau enfermé dans une cage toute la journée ! Si seulement il n’y avait que ça… J’ai encore les larmes aux yeux en repensant à certaines histoires partagées lors de cette interview.

 

J’essaye de garder en mémoire le positif, du moins je m’y efforce car du positif, il y en a ! Tout d’abord, l’incroyable dévotion de cette association à sauver ces perroquets. Grâce à elle, certains oiseaux sont remis sur pattes avant d’être adoptés par de bonnes familles. D’autres n’ont malheureusement pas cette chance, mais ils peuvent malgré tout couler des jours heureux dans le sanctuaire de l’Académie des Perroquets.

 

Il y a un souvenir que je chérirais toute ma vie, celui de ce cacatoès qui a passé une grande partie de l’interview sur mon épaule à me chuchoter « bonjour » dans l’oreille. Plus tard, un autre perroquet, également perché sur moi, me glissait régulièrement des « coucou » ; une demande pour avoir des bisous. Ces quelques minutes à faire des bisous, à caresser ces oiseaux, à discuter et à siffler avec eux, m’ont rempli de joie. Une thérapie efficace puisque je suis rentrée chez moi des étoiles plein les yeux. Ces perroquets me manquent déjà !

 

Nelson Duquette
Point Chablais