Annonces

Annonces

Annonces

Je suis mais qui suis-je?

Je suis un type de verbe. Des verbes employés couramment en tant que mot. Mes origines sont alors lointaines et oubliées.

 

Je suis une subtilité et je me différencie par le fait qu’il est possible de me conjuguer que sous certaines formes. Parfois je n’existe même qu’à l’infinitif.

 

Je suis alors incomplet et plus personne, ou presque, ne m’utilise. Ainsi, il serait aujourd’hui étrange d’entendre ou de lire certains de ces verbes inusités.

 

Je suis dorénavant bienvenu. Pourtant, un temps, je me faisais bienvenir de certains auteurs ou beaux parleurs.

 

Je suis, dans le même esprit, apparu de manière évidente sous cette forme alors, qu’à l’époque, il appert que mon utilisation était plus courante.

 

Je suis, parfois, conjugable qu’à la troisième personne. Par exemple, on me retrouve souvent dans le domaine météorologique.

 

Je suis, d’autres fois, présent qu’à l’infinitif. Mais beaucoup ont trouvé de nouvelles formules. Une sorte d’oxymore lorsque l’on sait qu’un verbe à l’infinitif est un verbe qui ne se transforme pas…

 

Je suis donc, à titre d’exemple encore, issu du participe passé, car ma forme dans les autres temps n’existe pas ; elle a été, en quelque sorte, occise. 

 

Je suis, en gérondif présent, avenant puisque la facilité fait maintenant foi. Encore un verbe perdu dans les méandres de l’histoire de la langue française.

 

Mais alors… quel type de verbe suis-je ?

À gagner :

2 entrées adultes + 2 entrées enfants pour une visites des Mines de Sel de Bex à la lanterne (lire article en pages 4 à 7)

Annonces

Participez maintenant

Délai de réponse : 30 juin 2024

Réponse du mois précédent : Technoférence

 

Point Chablais