Annonces

Annonces

De l’énergie propre à Lavey-les-Bains

Le 17 janvier 2022 démarrait, à Lavey-les-Bains, un projet emblématique d’importance nationale et cantonale. Il s’agit du premier projet suisse de géothermie hydrothermale visant à produire les besoins annuels en électricité pour plus de 900 foyers de la région et l’eau thermale des bains de Lavey.

 

L’objectif du forage est de capter à 2’500 mètres de profondeur de l’eau à 110°
L’objectif du forage est de capter à 2’500 mètres de profondeur de l’eau à 110°

 

La géothermie est une technique qui vise à extraire de l’eau chaude des profondeurs du sol pour la transformer en chaleur et en électricité. C’est une énergie 100% renouvelable et locale qui a l’avantage d’être produite en continu sans devoir être stockée. C’est une nouvelle fois dans le sous-sol chablaisien, qui se veut le porte-drapeau des avancées économiques et énergétiques de la région, que ça se passe. Cette-fois-ci, en plus du sel extrait des mines de Bex, il offre au canton de Vaud la possibilité de se montrer pionnier dans le domaine des énergies renouvelables.

 

Grâce à l’entrée en vigueur de la loi sur les ressources naturelles du sous-sol, la politique environnementale du canton de Vaud a acquis, depuis avril 2019, la possibilité de faire avancer ses grands projets en matière d’énergies renouvelables. Le texte favorise et encourage la géothermie profonde en exemptant par exemple les exploitants d’une quelconque redevance. Un coup de pouce est donné aux investisseurs afin d’atteindre l’objectif fixé : couvrir la moitié de ses besoins énergétiques par des énergies renouvelables d’ici 2050.

 

Le canton avait, lors de son étude du territoire, identifié plus de 40 sites compatibles à recevoir de tels projets. Comprenant ainsi l’énorme potentiel que peut représenter un tel investissement, la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro avait déclaré à l’époque : « Ce sera sans doute un pilier supplémentaire qui permettra au canton de poursuivre sa stratégie de sortie des énergies fossiles. »

 

Depuis, deux projets ont vu le jour à un niveau cantonal, celui de Vinzel dans la région de la Côte et l’autre qui nous intéresse plus particulièrement se trouve à Lavey-les-Bains. Mais à terme, le souhait des pouvoirs politiques vaudois est la création de vingt centrales géothermiques de ce genre. Notre région est connue pour avoir les eaux les plus chaudes du pays et l’objectif du forage est de capter à 2’500 mètres de profondeur de l’eau à 110° et ayant un débit de 40 litres à la seconde.

 

Un chantier titanesque

Il a fallu mettre en place une structure de forage pesant près de 90 tonnes que l’on a fait venir depuis les Pays Bas. Le chantier se trouve à proximité de trois puits déjà existants de moindre envergure (500m pour le plus profond), qui eux alimentent les eaux chaudes des bains de Lavey. Depuis janvier, le forage progresse à la verticale et doit atteindre d’abord les 1000m pour ensuite se diriger vers les 1’800m. Une deuxième étape cruciale pour déterminer quelle sera la direction à suivre s’effectuera après une analyse géologique. À cette profondeur le forage prendra alors une direction oblique jusqu’aux 2’300m désirés. C’est donc à plus de deux kilomètres sous terre que l’on doit dénicher le débit et la température espérée. D’ores et déjà, un plan B est défini et celui-ci va jusqu’à pousser les travaux aux alentours des 3’000 m.

 

La renaturation du site est elle aussi prévue, notamment par une compensation écologique qui créera des îlots de pierres pour les reptiles
La renaturation du site est elle aussi prévue, notamment par une compensation écologique qui créera des îlots de pierres pour les reptiles

 

De tels chantiers ne se font évidemment pas sans risques. Des forages similaires qui avaient débuté à Bâle et à St-Gall ont dû être abandonnés après avoir provoqué des petits séismes, ce qui à l’époque avait freiné et avait mis à l’arrêt toute nouvelle recherche dans ce domaine. Cette-fois, AGEPP (Alpine Geothermal Power Production), par le biais de son Directeur Jean-François Pilet, nous assure que toutes les précautions ont été prises : « Le sol de la région est naturellement fissuré ce qui nous donne de meilleurs espoirs de ne pas rencontrer les mêmes problèmes. Et l’entier des travaux et du chantier est supervisé par le Service de Sismologie Suisse qui nous apporte son expertise tout au long des avancées des projets. » En effet, dès 2018 le Service Sismologique Suisse a mis en place un réseau de monitoring de la sismicité de la région et un réseau complémentaire permettra par ailleurs de différencier les secousses naturelles de celles provoquées par le forage.

 

L’environnement aussi respecté

La renaturation du site est elle aussi prévue, notamment par une compensation écologique qui créera des îlots de pierres pour les reptiles. AGEPP assure d’autre part que la parcelle utilisée pour l’installation des équipements de forage sera remise en état à l’issue des travaux et ne subsistera sur les lieux que la partie en béton destinée à la construction du bâtiment de transformation de la chaleur en électricité.

 

Si tout se déroule parfaitement, la fin des travaux et l’inauguration d’une toute nouvelle centrale qui transformera la chaleur en électricité est prévue pour le dernier trimestre de 2023. Alors que son exploitation commerciale débutera en 2024. Le coût estimé d’un tel ouvrage s’élève à 40 millions de francs. Il est supporté à hauteur de 17 millions par l’Office Fédéral de l’Énergie et par une subvention de l’Etat de Vaud de quelque 1,5 million. Le restant étant apporté par des partenaires privés.

 

Lavey apporte la première pierre

La géothermie offre un équilibre notoire entre énergie et écologie. C’est la conviction de François Vuille, Directeur de la DGE. « La géothermie présente de nombreux avantages par rapport aux autres énergies renouvelables, en particulier la régularité de sa production et son très faible impact sur le paysage », indique-t-il avant d’ajouter : « C’est une source d’énergie renouvelable et durable qui fait partie de notre futur et en cela le projet de l’AGEPP à Lavey pourrait bien être la première pierre à cet édifice. »

 

Le site de Lavey-les-Bains n’a pas été choisi par hasard. Déjà connu pour abriter des eaux à haute température, son sol renferme aussi les caractéristiques idéales pour ce genre de travaux. Selon Philippe Durr, président du conseil d’administration d’AGEPP, « le site de Lavey est particulièrement bien adapté à la réalisation d’un tel projet, car son sous-sol contient les eaux les plus chaudes de Suisse et la roche qui le compose est naturellement fissurée, ce qui évite d’avoir recours à la technique de fracturation hydraulique. »

 

Ce projet se veut aussi pionnier par la puissance énergétique des objectifs présentés. Les 40 litres d’eau par seconde extraits à 110°C permettront de produire 4,2 Gigawattheures qui seront directement injectés dans le réseau local d’énergie, 15,5 autres GWh iront couvrir les besoins thermiques de la structure même des bains de Lavey et l’excédentaire sera valorisé ultérieurement sur des chauffages à distance, des serres horticoles ou pour la pisciculture.

 

Tout dans ce projet a été titanesque. Du combat politique à l’acheminement du matériel nécessaire à un tel ouvrage, de la profondeur du forage, ses risques indus, jusqu’à l’obtention d’une énergie 100% verte qui ne génère aucune émission de CO2. Titanesque aussi a dû être la volonté de ceux qui ont tenu à bouts de bras ce projet depuis la première heure. Des pionniers qui nous rappellent sans doute ceux qui ont donné les premiers coups de pioche, il y a de ça quelques siècles, pour aller chercher au fond des grottes le sel qui a fait et fait encore la renommée du Chablais vaudois.

 

Cité par AGEPP, Jean-Yves Pidoux, son ancien président et municipal à Lausanne, souligne que, « comme la ressource solaire, l’énergie qui vient des profondeurs de la terre est inépuisable à l’échelle de l’humanité. » C’est donc à nos portes que le futur des énergies renouvelables se joue en démontrant que la géothermie est la solution pour un avenir plus vert.

Partagez l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Thêmes

Article écrit par

Joaquim Gordo

Joaquim Gordo

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Point Chablais
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn