Elections communales 2021 : interview des partis bellerins ->

Élections communales 2021 : interview des partis aiglons ->

 


 

Elections communales : interview des partis bellerins

Les élections communales approchent à grand pas. Les différents partis politiques de la ville de Bex se sont prêtés au jeu et ont répondu à une série de questions qui visent à connaître leurs activités, leurs objectifs et leur vision de la cité du sel dans 20 ans.

Nos questions

1. Quelles ont été vos principales actions ces cinq dernières années ?

2. Quelles sont vos priorités pour la prochaine législature ?

3. Comment voyez-vous la commune de Bex dans 20 ans ?

4. Combien de membres se présenteront aux élections pour le Conseil Communal ?

5. Combien de membres se présenteront aux élections pour la Municipalité et quels sont leurs atouts et objectifs ?

6. Quel(s) membre(s) souhaite(nt) être candidat(s) à la syndicature ?

 

Les Vert.e.s

1. « Les Vert.e.s de Bex ne sont actuellement pas représentés au conseil communal, ni à la municipalité. Ils sont cependant très actifs au quotidien. Plusieurs membres participent à différents groupes impliqués dans les domaines aussi variés que la mobilité (Groupe Mobilité Chablais), l’entraide sociale (Groupe du SEL de Bex), le patrimoine (Association Cum Grano Salis), la valorisation des producteurs locaux (La Filature de l’Avançon), le tourisme doux (Riversong), la lutte contre le gaspillage et l’obsolescence programmée (Repair-Café) ou la sensibilisation aux problèmes liés à la prolifération d’antennes 5G sur le territoire de la commune (Association STOP Antennes). »

2. « Une économie durable et locale. Un patrimoine culturel et bâti à valoriser. Une politique et des choix de société orientés vers la qualité de vie. Des mesures concrètes pour atteindre un bilan carbone neutre en 2030 et répondre à l’urgence climatique. La protection de la biodiversité et du patrimoine alpestre. La promotion des transports publics et de la mobilité douce. »

3. « Une commune qui présente un bilan carbone neutre, desservie de manière optimale en transports publics, où écoquartiers et espaces verts favorisent la qualité de vie et la mixité sociale, dotée d’un centre-ville convivial avec des commerces locaux florissants. Culture, patrimoine bâti mis en valeur et tourisme doux, agriculture et viticulture respectueuses de l’environnement, économie circulaire et projets citoyens solidaires font désormais partie du paysage. »

4. « À ce jour, les Vert.e.s présenteront 6 candidat.e.s, 3 femmes et 3 hommes, au conseil communal. »

5. « Les Vert.e.s ne présenteront pas de candidat à la Municipalité. »

6. « Les Vert.e.s ne présenteront pas de candidat à la syndicature. »

 

PAI-UDC

1. « Notre dernière action pour la commune de Bex a été la récolte de signatures d'une pétition afin de maintenir la Fête des Ecoles le samedi. Nous l'avons transmise à la direction des écoles de Bex le 27 mars 2020, munie de 805 signatures. Malheureusement, la direction des écoles n'en a pas tenu compte. »

2. « Le PAI-UDC soutient la production et la consommation de biens et de services locaux, dans le respect de notre environnement, de la durabilité et des traditions artisanales et agricoles. Nous soutenons nos autorités pour tous les aspects de sécurité, d'ordre et de propreté dans nos rues. Nous devons prévoir la construction d'un nouveau collège et continuer à améliorer nos infrastructures existantes. Nous veillons à ce que des places de parking, à un prix abordable, soient garanties en suffisance et proportionnellement réparties sur tout le territoire communal. Financièrement, de tendre vers des budgets équilibrés et de garder notre autonomie face au canton qui nous laisse de moins en moins de liberté au niveau des décisions communales. »

3. « 20 ans est une période plus longue qu'une législature et qu'une planification financière. Notre souhait est de rester une commune dynamique, attentive à une écologie réfléchie, qui saura préserver une agriculture utile à tous, des sociétés locales actives et soutenues par nos autorités, un tourisme pédestre développé avec des itinéraires signalés et en bon état ainsi qu'une activité industrielle vivante et propre. Maintenir nos valeurs et nos traditions. »

4. « Nous serons environ 16 candidats pour siéger au conseil communal. »

5. « Deux membres se présenteront à la municipalité. »

Pierre Yves Rapaz : « Député honoraire et municipal sortant des travaux et de l'environnement, je connais bien le système ainsi que les dossiers en cours tant communal que régional. J’ai aussi toujours des contacts avec le canton et j’ai encore des relais que j’ai constitués durant 25 ans de grand conseil. Mes objectifs sont de continuer de développer notre belle commune sur le point de la nature. Le développement de nos infrastructures tant routières que scolaires est primordial pour satisfaire à la croissance de notre village. Les hameaux doivent être soutenus car ils doivent rester vivants et ne pas être remplis de résidences secondaires, mais où il fait bon vivre aussi. Notre économie locale multiple (industries, commerces grands et petits, artisanat, vignerons, agriculture) doit pouvoir trouver à Bex des conditions cadres intéressantes, en plus d’une situation à égale distance des capitales tant vaudoise que valaisanne. »

Christoph Roesler : « Mon atout est ma disponibilité. Je trouve toujours du temps pour la collectivité. Par exemple, je suis pompier actif au DPS du site de Bex. À l'aise avec les chiffres, je préside depuis 3 ans la commission des finances. Etant papa de 2 adolescents, je siège au conseil d 'établissement scolaire. Comme les infrastructures m'intéressent, je fais partie de la commission de l'urbanisme. Et pour terminer, je suis au conseil de paroisse de l'église réformée. Je viens avec des nouvelles idées pour un développement harmonieux de notre commune et de ses infrastructures. Je ferai très attention à l'équilibre des comptes. »

6. « S'il est réélu à la Municipalité, Pierre Yves Rapaz sera candidat à la syndicature. »

 

PLR

1. « Motions : prise en considération et acceptée par la Municipalité pour une place du Marché accueillante et vivante. Motion qui a débouché sur un préavis qui a été accepté par les conseillers. La Place du Marché va dès lors enfin être réaménagée. Prise en considération et acceptée pour un affichage respectueux de l’environnement. (Jugé polluant et néfaste au paysage). Prise en considération et acceptée par la Municipalité pour une diminution de la pollution lumineuse. Prise en considération et envoyée à la Municipalité pour étude concernant la conservation du patrimoine par la rénovation de l’enveloppe du bâtiment de la chapelle Nagelin. Prise en considération et envoyée à la Municipalité, pour des émoluments équitables, afin que le travail de la commission de contrôle puisse être facturé correctement. Prise en considération, la Municipalité s’engageant sur le champ à protéger les forêts de châtaigniers et à mettre tout en œuvre pour qu’elles ne soient pas pillées.

Postulat : Pris en considération et accepté par la Municipalité en vue de mettre sur pied des contrôles garantissant la sécurité des ouvriers sur les chantiers. Pris en considération et renvoyé à la Municipalité, pour une piste de ski de fond attrayante aux Plans-sur-Bex.

Résolution : Résolution acceptée pour que les indemnités de l’année 2020 des conseillers soient versées sous forme de bons chez les commerçants bellerins.

Interpellation : Pour de la prévention au sujet du cannabis légal. Avec réponses de la Police du Chablais. Nous avons soutenu des projets de construction de trottoirs, de réalisation d’un point santé, de rénovations du restaurant de Solalex, de l’Église Catholique, de l’ancien Stand de Vauvrise, de la technique de la Grande Salle tout ceci en étant attentifs à conserver des finances saines et équilibrées.

Nous avons multiplié les démarches afin de rester à la table des négociations avec les CFF, TPC et autres acteurs de la mobilité.

Le PLR est très satisfait du travail accompli durant cette législature et remercie ses membres pour le travail accompli. »

2. « Le PLR va continuer de soutenir la Municipalité dans l’assainissement des infrastructures communales. Nous voulons accompagner le développement de la zone industrielle en favorisant l’implantation d’entreprises à forte valeur ajoutée qui offrent un maximum de places de travail. Cette période nous incite à tout faire pour maintenir les emplois et ainsi éviter que Bex devienne une cité-dortoir comme d’autres villes du Chablais. Nous nous battons également pour conserver des lignes CFF directes en direction de Lausanne et du Valais. Il nous semble primordial de ne pas opposer les différents modes de transport et de conserver une mobilité multimodale.
Le PLR souhaite également accompagner la transition écologique en rendant les bâtiments communaux écoresponsables, en remplaçant les véhicules de la commune munis de moteur thermiques par des véhicules électriques, lorsque cela est possible, en construisant des centrales solaires sur les bâtiments scolaires et sur les halles de la commune et en incitant la population à s’équiper d’installations vertes. Sans oublier la réduction de la pollution lumineuse.
Nous restons très attentifs à l’évolution démographique afin de ne pas imposer aux élèves des containers en guise de collège. Nous travaillerons également pour favoriser l’intégration et la formation de jeunes dans les entreprises bellerines. »

3. « La commune de Bex devrait continuer à se développer modérément, misant sur une croissance légère mais régulière au centre du village en préservant les zones de détente, les zones agricoles et boisées, en considérant les approches de Chablais agglo afin de garantir la mobilité pour tous, et tout en conservant l’esprit de village qui l’anime. Un village qui a réussi sa transition écologique en offrant des espaces publics verts. Bref, un village à taille humaine où l’on peut pratiquer en toute sécurité ses loisirs, ses sports et où il fait toujours bon vivre. »

4. « Nous présentons 22 personnes à l’élection du Conseil Communal. »

5. « Nous présentons 3 candidats à la Municipalité : Emmanuel Capancioni, Carmen Dubois et Philippe Sarda. »

Emmanuel Capancioni : « Président de la Société des Industriels et Commerçants de Bex, membre de divers comités dont l’Office du Tourisme de Bex, je suis totalement impliqué dans la vie économique et associative bellerine. Âgé de 49 ans, motivé et dynamique, j’ai pour objectif de continuer le travail accompli durant cette législature. En effet, à la tête du dicastère des eaux, je termine ce mandat avec un excellent bilan. Je souhaite continuer d’œuvrer au développement économique et touristique de la Commune. Comme agent immobilier, je contribue déjà à l’implantation de nouvelles entreprises et à l’arrivée de nouveaux habitants à Bex. »

Carmen Dubois : « Agent d’affaires breveté, j’ai une longue expérience au sein du législatif bellerin que j’ai présidé en 2002. Je fus la première femme PLR au perchoir et souhaite devenir la première femme PLR à la Municipalité. Ma longue pratique des autorités judiciaires vaudoises, ma sensibilité et ma pugnacité font que j’ai le sens du compromis, mais je saurai aussi défendre fermement les dossiers que je serais amenée à traiter. Je suis également investie au sein de la FSG Bex, où je tiens avec rigueur le rôle de trésorière de ce club de gymnastique de plus de 200 membres. »

Philippe Sarda : « 55 ans, marié et père de deux enfants, actuel président du PLR Bex-Gryon, impliqué dans la vie politique communale, membre de la commission des transports, je milite pour garantir que Bex reste une destination bien desservie par les transports en commun et principalement par les CFF. Gestionnaire de 2 entreprises sises sur la commune, notamment expert en patrimoine culturel bâti, certifié PMI (Project management Institute) et business analyst (IBA), j’ai les qualités requises pour endosser les défis municipaux. Je souhaite garantir un développement harmonieux de la ville, tout en favorisant les projets visant à intégrer les énergies renouvelables, dans le respect de l’environnement et en préservant la qualité de vie des bellerins. Je vise également la neutralité énergétique pour les bâtiments propriété de la commune. »

6. « Nous ne pouvons pas donner de réponse à cette question dans la mesure où cela va dépendre des résultats des élections. »

 

Avançon et Groupe Ouverture

1. « Développement durable : création d’un fond pour des subventions communales en matière de développement durable et environnement, prêter les toitures des bâtiments communaux pour y installer des panneaux solaires financés par les fournisseurs électriques. Nous avons également déposé un postulat pour une évaluation des potentiels énergétiques renouvelables sur la Commune de Bex qui a conduit à une planification énergétique territoriale.

Mobilité : nous avons fait un état des projets en matière de mobilité entre Bex et ses hameaux et nous avons donné l’impulsion pour une amélioration de la mobilité douce dans notre commune, entre autres au cœur du village (Place du Marché). De plus, nous avons cherché à défendre au mieux les intérêts des Bellerins concernant les cadences et horaires CFF pour Bex, malheureusement, sans grande écoute de ces derniers.

Tourisme : développement du soutien touristique et des manifestations locales où nos membres sont d’ailleurs très actifs.

Civisme : Offrir les brochures easy-vote pour les jeunes électeurs bellerins et déposer un postulat pour réduire l’affichage politique sauvage (panneaux lors des élections et votations communales, cantonales et fédérales).

Sécurité : nous avons réussi à garantir la sécurité sur le territoire communal et à la pérenniser.

Bâtiment : Transformation complète du Stand de Vauvrise et création d’un dojo pour les arts martiaux et le yoga pour les aînés.

Amélioration et entretien du Patrimoine bâti : assainissement et mise en valeur des bâtiments de l’Arbalesse et de Bovonne, transformation de la cuisine de l’Hôtel de Ville.

Santé : proposition, par un postulat, d’implanter une maison de santé à Bex, ce qui sera réalisé dans le projet de construction du nouvel EMS.

Culture et sport : mise en valeur de notre patrimoine naturel en développant entre autres le partenariat avec les organisateurs historiques du Trophée du Muveran et du Montreux Trail Festival. Soutien à nos sociétés formatrices qui garantissent l’intégration de notre jeunesse par le sport et la culture. Développement de l’offre culturelle (saison culturelle, Bex & Arts).

Qualité de vie : Développement des espaces de vie pour les jeunes en déposant un postulat pour la création d’un parc de jeu dans les jardins du Stand de Vauvrise. »

2. « Mobilité – Transports publics : développement de l’offre en mobilité collective dans Bex et ses hameaux (amélioration des horaires, MobiChablais, développement d’infrastructures et solutions de covoiturage).

Mobilité douce : développement des pistes cyclables et des zones piétonnes.

Développement durable : vers une commune produisant plus d’énergie verte qu’elle ne consomme d’énergie et assainissement énergétique du parc bâti communal.

Economie locale forte : soutien au développement des entreprises existantes et mise en valeur et attractivité de notre zone industrielle.

Sport et Culture : promotion du sport et de la culture tout public sous la forme d’une programmation diversifiée et professionnelle.

Sécurité : pérenniser les efforts sécuritaires déjà accomplis.

Patrimoine naturel et bâti : mettre en avant les nombreuses richesses de notre commune (patrimoine bâti, vignobles, forêts, chemins pédestres, qualité du réseau d’eau) et veiller à l’intégration harmonieuse des nouvelles constructions dans le patrimoine bâti actuel.

Planifications des besoins : planification et développement des infrastructures (écoles, routes).

Visibilité : améliorer l’image de la commune vers l’extérieur mais aussi auprès de la population bellerine.

Qualité de vie : Vers l’obtention du label Ville Verte. Développement de l’offre touristique et soutien aux manifestations locales. »

3. « Commune dynamique offrant la possibilité aux habitants de profiter du patrimoine naturel tout en garantissant une offre culturelle, sportive, économique, associative des plus variées. De plus, dans 20 ans, nous veillerons à ce que notre commune soit équipée de transports collectifs et d’infrastructures permettant la mobilité douce, ceci afin que cela soit réalisé et non pas un souhait comme aujourd’hui. »

4. « Une liste unique de 29 conseillères et conseillers du Parti Avançon et du Groupe Ouverture. »

5. « Nous présentons 3 candidats : Daniel Hediger, Jean-François Cossetto ainsi que Michael Dupertuis. »

Daniel Hediger : « En nous présentant sous la forme d’une entente avec le groupe Ouverture, nous créons une dynamique et des synergies qui nous rendent complémentaires et qui, grâce à nos expériences accumulées, répondent à mes yeux aux attentes des Bellerines et Bellerins. Je défendrais ces projets et points de vue dans le futur exécutif en cas de réélection. »

Jean-François Cossetto : « Le début de la législature en cours m’a permis de me familiariser avec les rouages de l’exécutif et surtout appris à gérer le stress et les émotions d’une telle fonction. En tant que municipal des bâtiments, j’ai eu la chance de mener à bien plusieurs projets. Certaines rénovations futures sont encore au stade d’ébauche et il me tient à cœur de les concrétiser. De plus, j’ai envie de participer au développement territorial de la commune et préparer celle-ci à une transition énergétique afin de préserver l’environnement et la qualité de vie de nos citoyens et des générations à venir. La croissance de notre économie contribue aussi à un juste équilibre politique. C’est pourquoi il est important d’amplifier les relations avec nos industries, commerces et l’agriculture, pour pérenniser le travail et les ressources de demain. Ma motivation est intacte et l’expérience d’une première législature ne peut être que profitable pour ma commune. »

Michael Dupertuis : « Je suis optimiste, créatif et consensuel et cherche toujours à créer des ponts et trouver des solutions aux problèmes qui se mettent en travers de la route. Gestion de projet, finance et développement durable font partie de mes compétences. Politiquement, mon mandat de six ans comme secrétaire général des vert'libéraux vaudois m'a permis de tisser des liens au niveau cantonal et fédéral. Finalement, mon fort ancrage dans le tissu associatif, social et économique de Bex me permet de côtoyer de nombreuses personnes et de mieux comprendre les besoins, interrogations et améliorations nécessaires dans notre commune. Je souhaite être à disposition des habitants et sociétés locales tout en soutenant la production d’énergie renouvelable et la préservation de la biodiversité. Le développement d'une économie locale forte, l’amélioration des infrastructures de mobilité collectives et la mobilité douce sont les enjeux majeurs de la législature à venir. »

6. « Pour ces élections, notre priorité est de faire passer nos 3 candidats à la municipalité. Si tel est le cas, Daniel Hediger pourrait se présenter à la syndicature. »

 

Socialiste

1. « Au Conseil communal, les membres du Groupe socialiste ont effectué de nombreuses interventions. Certaines ont été couronnées de succès, d’autres pas. Le conseiller Jean-Philippe Marlétaz avait demandé que la nouvelle taxe de base pour couvrir le coût de l’élimination des déchets soit assortie de mesures d’allégements pour les personnes et les foyers à revenu modeste. Cette proposition a reçu l’appui de l’ensemble du Groupe socialiste par contre elle a été refusée par tous les partis de droite. Résultat des courses, il y a eu un tollé de la part de la population lorsque la taxe de 100 francs par personne est parvenue dans les boîtes aux lettres. Cette taxe, sans des mesures d’allégements, est antisociale. »

2. « Il faudra en tout premier lieu porter à terme la procédure puis passer à la réalisation des travaux de réaménagement de la Place du Marché. Parallèlement nous devrons avancer avec le projet de réaménagement de la Place de la Gare. Nous devrons finaliser le nouveau plan d’affectation communal et son règlement des constructions afin de nous conformer à la loi sur l’aménagement du territoire ainsi qu’au plan directeur cantonal. Par ailleurs, Bex devra devenir encore plus performante en matière de développement durable. Dans cette perspective, il sera nécessaire de créer un fonds incitatif pour encourager les gens à privilégier les énergies renouvelables, tout en consommant toujours moins d’énergie. »

3. « Dans 20 ans Bex aura atteint ou sera sur le point d’atteindre les 10'000 habitants. Nous atteindrons le statut de ville. Grâce au nouveau plan d’affectation communal, la quasi-totalité des nouveaux habitants logeront dans le centre du village et l’on aura ainsi évité le mitage du territoire conformément aux buts inscrits dans la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire. »

4. « Une trentaine. »

5. « Quatre membres : Sylviane Zuber, Pierre Athanasiadès, Aymeric Allinge et Alberto Cherubini. »

Alberto Cherubini : « Municipal sortant responsable de l’urbanisme, j’aurai l’expérience nécessaire pour mener à bon port des dossiers tels que le réaménagement de la Place du Marché ou le réaménagement de la Place de la Gare. Je serai également dans le coup pour participer à la finalisation du nouveau plan d’affectation communal. Si je devais conserver le même dicastère, j’aurais à cœur d’améliorer l’offre culturelle et de faire en sorte que l’on prenne un peu plus au sérieux la transition énergétique que l’on cherche à atteindre à travers la Cité de l’énergie. D’une manière plus générale, je m’impliquerai pour que notre commune conserve un bon équilibre financier. Equilibre indispensable si l’on veut poursuivre une politique d’investissements dans des infrastructures publiques. »

Sylviane Zuber : « J’ai une expérience politique de 9 ans au sein du Conseil communal que je préside d’ailleurs cette année. Mon souhait est d’apporter un regard neuf et mettre ma sensibilité de femme en avant, car à l'approche des cinquante ans du droit de vote des femmes, le 7 février 1971, il est essentiel que cette partie de la population soit représentée au sein de notre commune.  Mon objectif, si je suis élue, sera, en tout premier temps, de découvrir le fonctionnement de la Municipalité et de me familiariser avec ce poste pour valoriser l’humain et créer des échanges entre le politique et la population pour leur assurer le plus de transparence possible. Travailler sur la communication est une thématique essentielle selon moi. Lutter contre les violences domestiques et sexuelles qui n’ont pas lieu d’être en 2021 est un objectif plus personnel. Je souhaite également agir pour le bien-être de l’enfant et combattre les inégalités sociales. Enfin, j’ai à cœur de trouver une solution à la problématique de la valorisation de nos déchets. »

Aymeric Dallinge : « Bex dispose d’un potentiel énorme afin de devenir une cité inspirante en bonnes pratiques d’un monde conscient et ouvert. Le changement passe par chaque petite pierre déposée. Je souhaite y contribuer en étant à l’écoute des besoins des habitantes et habitants de la commune et en travaillant ensemble. Je crois sincèrement qu’un système plus durable et responsable est possible et je suis déterminé à représenter au plus près les préoccupations de ma génération et des suivantes. Nous devons impérativement créer l’unité et l’harmonie. »

Pierre Athanasiadès : « J’ai choisi d'habiter à Bex il y a plus de 20 ans et y ai ouvert une entreprise. J’en apprécie les richesses naturelles. Je suis conseiller communal depuis 2002, président en 2015, membre de la Cofin, ainsi que des commissions municipales d’urbanisme et Cité de l’énergie. Ma formation d’ingénieur me donne une approche scientifique et pragmatique des dossiers. Je suis en train de passer la main dans mon entreprise et je me réjouis de me mettre au service de ma commune. Je souhaite maintenir une bonne qualité de vie à Bex en développant le village dans le sens écologique (vélo, sports de plein-air, constructions écologiques, énergies renouvelables, transports publics, produits locaux...) ainsi que soutenir des projets concernant la diversité culturelle et la cohésion sociale. »

« Il faut attendre que la composition de la Municipalité soit connue avant de se lancer dans des conjectures. »

 


 

Élections communales 2021 : interview des partis aiglons

Les élections communales approchent à grand pas. Les différents partis politiques de la ville d’Aigle se sont prêtés au jeu et ont répondu à une série de questions qui visent à connaître leurs activités, leurs objectifs et leurs visions de la ville aiglonne dans 20 ans.

Nos questions

1. Quelles ont été vos principales actions ces cinq dernières années ?

2. Quelles sont vos priorités pour la prochaine législature ?

3. Comment voyez-vous la commune de Bex dans 20 ans ?

4. Combien de membres se présenteront aux élections pour le Conseil Communal ?

5. Combien de membres se présenteront aux élections pour la Municipalité et quels sont leurs atouts et objectifs ?

6. Quel(s) membre(s) souhaite(nt) être candidat(s) à la syndicature ?

 

AlternativeS

1. « Nous avons toujours œuvré à la bonne marche de la commune, dans un esprit pragmatique et participatif. Nous avons défendu nos valeurs essentielles en plaçant au centre la ville d’Aigle et sa population.
En proposant plusieurs motions et postulats différents, nous avons toujours voulu soutenir la mobilité, une certaine vision de la durabilité, un soutien marqué à la population et à la jeunesse. Nos membres ont proposé des interventions sur la place de la gare, l’artisanat et le tourisme, l’affichage politique, la politique culturelle, nous avons aidé à la création d’une commission jeunesse.
Nous sommes souvent intervenus au conseil pour soutenir une politique de chauffage durable dans les bâtiments en rénovation ou à construire, pour faire avancer la ville dans une politique fiscale et financière cohérente, et avons œuvré de notre mieux pour que le Conseil communal avance sereinement. »

2. « La solidarité : en complément des aides financières, nous voulons ancrer politiquement le principe de solidarité par des solutions concrètes, notamment pour les personnes et familles en situation difficile, de handicap, et les seniors, garantir un nombre suffisant de places de garde, continuer la valorisation des acteurs sociaux.
L’avenir : il faut soutenir les jeunes dans leurs projets et valoriser l'idée d'une ville moderne, dynamique, économiquement et culturellement attractive, pour toutes et tous avancer vers une société égalitaire et engagée, et qui soutient les commerçants et les entreprises. Nous voulons amener de la convivialité via des zones de rencontre, veiller à un développement urbain cohérent et durable.
La durabilité : concernant la transition écologique et énergétique au niveau communal, nous voulons poursuivre nos efforts afin de garantir un avenir durable à nos enfants. »

3. « Grâce à un développement raisonné, collaboratif et attractif, notre commune située au carrefour du Chablais, pourrait être le moteur d’un district voire d’une région, un exemple pour son dynamisme cohérent et son ouverture aux autres communes, dans une vision globale et participative. »

4. « Nous proposons 12 candidats. »

5. « Une candidate se présentera à la municipalité :

Maude Allora : « Municipale sortante, 42 ans, maman de deux filles, je suis forte de l’expérience d’une législature au sein du Collège Municipal, toujours habitée de la même passion et envie, je souhaite aller dans la continuité et œuvrer pour notre ville d’Aigle et notre région durant les cinq prochaines années. Le consensus est pour moi une priorité, car je suis orientée vers les solutions. Les projets qui seront les nôtres les prochaines années m’enthousiasment toujours autant et l’envie d’y participer activement sonne comme une évidence. Je souhaite poursuivre les actions menées au niveau du social et les prestations à la population, comme l’accueil de jour, afin de garantir un nombre suffisant de places de garde. Et également travailler à renforcer encore le soutien aux personnes en situation vulnérable en poursuivant la collaboration active avec les associations présentes sur le terrain. La mobilité avec le développement des transports publics s’est nettement améliorée, notamment avec les bus, dans notre commune et dans la région, je souhaite pouvoir participer à l’extension de ce réseau afin que toutes les Chablaisiennes et tous les Chablaisiens puissent être reliés. »

6. « Pour l’instant, personne. »

 

Entente Aiglonne

2. « Cadre et qualité de vie :

Promouvoir des transports publics gratuits sur le territoire de la commune - Ouvrir le parc Mon-Séjour à la population - Développer une véritable police de proximité intégrée au tissu social aiglon- Développer des activités culturelles et des lieux de rencontre / d’exposition / de créativité - Promouvoir le vivre-ensemble et le respect intergénérationnel - Doter les associations culturelles et sportives de budgets en rapport avec des buts précis - Développer l’éclairage public intelligent.

Urbanisme :

Stopper le bétonnage et la densification excessive - Favoriser la mobilité multimodale dans toute la ville - Adopter un Plan Directeur Communal avec une véritable vision d’avenir - Améliorer les accès aux quartiers d’habitations hautement densifiés et au gymnase - Veiller à l’intégrité du patrimoine historique et culturel aiglon - Travailler à l’affectation future de la parcelle de l’Arsenal.

Finances et impôts :

Conserver le plafond maximum de la dette communale à CHF 100 millions - Reporter toute dépense non essentielle - Créer un fonds d’aide en temps de crise pour les entreprises, les indépendants et les associations sportives et culturelles - Lutter contre toute augmentation du taux d’impôt communal - Exiger une parfaite transparence dans la gestion des institutions/sociétés intercommunales ou intercantonales et des partenariats public-privé.

Centre-ville historique :

Rétablir la multi-modalité de l’accès à la Place du Marché - Sortir la ligne Aigle-Leysin de la rue de la Gare - Faciliter les accès au centre dans l’attente d’un parking sous la Place du Marché - Développer les parkings de proximité - Promouvoir des activités d’animation pour tous les habitants - Faire respecter les lois et règlements - Assurer que la gouvernance s’effectue dans le strict respect du droit et des lois en vigueur - Veiller à l’indépendance du Conseil communal par rapport à la Municipalité et à sa liberté de délibération - Promouvoir la transparence des règles dans le traitement des dossiers. »

4. « L’Entente Aiglonne présente 20 candidats pour le Conseil Communal. Il dispose avec la législature en cours de 12 sièges. »

5. « Nous présentons deux candidats à la Municipalité. Il s’agit de Philippe Bellwald et de Guy-Serge Baer, tous deux membres du comité directeur de l’EA et siégeant au Conseil communal de cette législature. »

6. « Aucune candidature enregistrée jusque-là pour la syndicature. »

 

Parti socialiste aiglon

1. « Difficile de résumer cinq ans de législature en quelques lignes ! Cependant, il est possible de relever les thèmes qui relient certaines des interventions qui ont été faites par le PSA durant cette dernière législature. Nous en retiendrons deux ici : la solidarité et l’environnement.
La solidarité est une valeur fondamentale du Parti Socialiste, elle traverse ses actions. Voici quelques exemples de sa mise en actes pendant la législature 2011-2016. Une Interpellation « Pour des emplois aiglons » afin de favoriser l’embauche de travailleurs domiciliés sur le territoire du district, par les entreprises aiglonnes. Un postulat et une interpellation demandant des places de parc pour les personnes handicapées dans des endroits stratégiques d’Aigle, comme devant la poste. Par rapport à la COVID : à la demande de la Municipalité, le PSA a fait onze propositions de mesures à prendre pour aider la population d’Aigle. Insatisfaits par la non prise en compte de l’une d’entre elles concernant les personnes qui, précarisées par la crise, auraient besoin d’une aide alimentaire, nous avons écrit à la Municipalité. Dans le courrier, le PSA insiste, entre autres choses, sur la nécessité de s’informer pour connaître les familles dans le besoin et de prendre des mesures. Malheureusement, cette demande n’a pas été comprise. Finalement, le PSA a réitéré son appel en juin 2020 dans une interpellation dite « Précarité des ménages aiglons ». De plus, ce texte demande la création d’une épicerie sociale à Aigle, ouverte à tout le district. Insatisfait par la réponse municipale, le PSA y reviendra durant la prochaine législature. Une autre interpellation prône un acte de solidarité pur, déposée suite à l’incendie du camp de réfugiés de Moria. L’alliance de divers groupes politiques autour du texte a permis de rédiger une résolution affirmant que le Conseil communal est favorable aux mesures qui pourraient être prises par la Confédération pour soutenir les réfugiés du camp de Moria.
L’environnement est un second thème bien présent. Par exemple, deux postulats quant au tri et à la valorisation des déchets ont été déposés : l’un propose un système de débarras d’objets encombrants destiné aux personnes à mobilité réduite ou sans véhicule. L’autre demande à la Municipalité de mettre en place le système « GastroVert private », de la SATOM, pour recycler en énergie les déchets alimentaires crus et cuits. Ces postulats ont été groupés avec une demande de ressourcerie des Verts en un seul préavis (n°2019-13) qui a été traité par une commission ad’hoc présidée par le PSA. Le concept Gastro-Vert a été accepté par le Conseil communal, un volet de recyclage des déchets alimentaires professionnels y a été ajouté. Le tout devrait se mettre en place cette année. »

2. « Notre priorité est de gérer la suite de la crise liée à la COVID, que cela soit en termes sanitaires, sociaux ou économiques : partout une aide substantielle est nécessaire. Plus généralement, nous voulons que notre commune soit plus solidaire, plus sociale et plus écologique en 2026 qu’elle ne l’est aujourd’hui.
Pour ce, nous avons établi un programme de législature en cinq thématiques, déclinées en actions concrètes. Ce programme est évolutif et ancré dans le contexte aiglon. Ces 5 axes forts sont : 1) la solidarité ; 2) l’égalité des chances ; 3) des conditions de vie et de travail décentes et dignes ; 4) l’environnement ; 5) un état de droit pour toutes et tous. Les mesures proposées dans ce programme se concrétiseront au fur et à mesure des interventions que nous serons amenés à déposer.
Vous trouverez l’ensemble de nos mesures concrètes sur www.ps-aigle.ch. »

3. « Comme l’une des villes du Canton où il fait bon vivre, au sein de laquelle chacune et chacun se sait pleinement accepté quels que soient son lieu d’origine, ses croyances ou sa manière de vivre et dans laquelle l’entraide est naturelle. Une ville où les services à la population pour améliorer son quotidien soient une réalité, quels que soient ses moyens financiers ou son âge. Une ville qui prend soin de l’ensemble de ses habitants. Une ville aussi où les arbres et les zones de verdure sont au moins égales au bitume et au béton. Une ville assumant son rôle de carrefour de l’agglomération en plein développement qu’est le Chablais valdo-valaisan. Une ville, enfin, dont les habitants sont les co-développeurs, pour laquelle le sentiment d’appartenance est suffisamment fort pour endiguer toute violence ou incivilité. »

4. « Notre objectif est une vingtaine de membres, soit le double du nombre de sièges actuels. Notre liste est apparentée avec celle des Verts, qui sont les alliés historiques du Parti socialiste. Nous formerons ainsi un bloc de gauche plus fort et propre à faire entendre sa voix face à la majorité écrasante de droite. »

5. « Le Parti Socialiste Aiglon et le mouvement Vert.e.s & Ouverts présentent une liste commune à la Municipalité avec un candidat pour chaque parti. Stéphane Montangero se présente pour le Parti Socialiste Aiglon. »

Stéphane Montangero : « Enfant d’Aigle, j’ai cumulé des expériences pendant plus de 30 ans dans les associations ou la politique : je bénéficie d’un réseau important, notamment à gauche. Mon premier objectif est de rééquilibrer les forces au sein de l’exécutif, d’y amener une sensibilité sociale et écologique. J’entends aussi lutter contre les effets sociaux-économiques catastrophiques de la crise COVID, en soutenant les commerces, renforçant le pouvoir d’achat et le service public. »

6. « Pour l’heure, nous n’avons pas de candidat à la syndicature. »

 

PLR

1. « Le Syndic et les Municipaux PLR ont mené de nombreux projets tels que la rénovation de l'ancienne maison de ville avec la réalisation de l'Espace Graffenried, la construction du nouveau bâtiment scolaire Kiwi et du terrain de sport de la Planchette, le développement du projet Espace Événements des Glariers, la réalisation du Plan Directeur Communal et du Plan Général d'Affectation, le développement de l'agglomération Aigle-Monthey avec son réseau de transport et l'accueil à Aigle du futur gymnase du Chablais.
Les Conseillers Communaux PLR ont soutenu et défendu ces projets et se sont engagés en commission et par voie d'interpellation et de postulat, notamment pour la valorisation du patrimoine, l'amélioration de la signalisation et de la circulation, la transparence des associations intercommunales, l'animation et le développement du centre-ville, le soutien à l'artisanat, l'analyse de la politique environnementale communale et la rénovation des infrastructures communales. »

2. « Maintenir des finances stables. Mettre la qualité de vie et le bien-être au premier plan, notamment par l'amélioration des espaces publics, l'arborisation, la valorisation des berges de la Grande-Eau, une politique de durabilité renforcée et une maîtrise accrue du développement urbain. Poursuivre l'aménagement du centre-ville pour valoriser les commerces, le rendre vivant, attractif et accessible.
Protéger et valoriser le patrimoine. Défendre l'emploi et le dynamisme économique en poursuivant une politique de développement réfléchie qui priorise la création de places de travail et l'intégration dans le tissu économique régional.
Être à l'écoute des besoins et maintenir une politique sociale humaine et équitable, à même de tenir compte de toutes les situations de vie. Stimuler le développement de l'offre culturelle et sportive. »

3. « Dans 20 ans, Aigle aura atteint son plafond démographique et la population (env. 13'000) n'augmentera pratiquement plus. Les services communaux auront été développés en conséquence, de même que l'offre commerciale, de loisirs, culturelle et sportive. De nouveaux espaces verts seront ouverts à la population, les rues du centre seront animées et les enfants qui y naissent auront envie d'y rester. La vie nocturne existera à nouveau le week-end. Il sera facile et agréable de se déplacer à vélo, électrique ou non, le réseau routier ayant été adapté en conséquence. La ville sera une destination touristique à part entière et ses vins, comme ses autres produits locaux, seront largement connus et appréciés. Grâce à la densification urbaine, la ville sera toujours entourée de nature, d'agriculture et de montagnes, offrant un cadre de vie idéal aux habitants. »

4. « Notre liste compte à ce jour 42 candidats. »

5. « Pour la Municipalité, les sortants Isabelle Rime et Grégory Devaud se représentent, accompagnés d’Alexandre Favre et Fabrice Cottier. Âgés respectivement de 45 et 47 ans, ces candidats qui siègent tous deux au Conseil communal sont depuis longtemps fortement investis dans la vie publique aiglonne. »

Alexandre Favre : « Amoureux d’Aigle, à la sortie d’une année de présidence du Conseil communal, je souhaite contribuer à améliorer la qualité de vie des habitants en proposant des mesures simples et peu coûteuses susceptibles d’améliorer leur bien-être. Marié et père de deux enfants, je m’intéresse beaucoup à la jeunesse, la vie associative et aux questions sociales. Vigneron-Encaveur, J’ai toujours vécu à Aigle et je suis également très attaché au canton de Vaud et à ses traditions. Désirant développer la convivialité et les espaces de vie, j’imagine volontiers des zones vertes sur les berges de la Grande-Eau et une arborisation renforcée, notamment pour lutter contre les îlots de chaleur. »

Fabrice Cottier : « Très engagé pour le sport, j’ai assumé plusieurs présidences d’associations et je me décris volontiers comme un rassembleur qui aime construire des projets et chercher des compromis. Au Conseil communal depuis 2011 et actuel chef du groupe PLR, je connais bien les coulisses de la vie politique aiglonne. Agent d’assurance, j’apprécie le contact direct et le dialogue et je me suis d’ailleurs beaucoup investi pendant le confinement pour apporter de l’aide aux personnes isolées. Engagé pour faire d’Aigle une ville vivante et dynamique, je veux mettre en valeur les manifestations et le travail des associations locales. »

Isabelle Rime : « Je siège à la Municipalité depuis 2011. Ma dernière législature a été marquée par un engagement fort en faveur des écoles, notamment avec la construction du nouveau bâtiment Kiwi pour les classes primaires, la rénovation du collège de la Planchette et de sa salle de sport. Attachée à la culture, j’ai porté le projet du nouvel Espace Évènements des Glariers accepté par la population le 9 février 2020. J’ai mené à bien la rénovation de l’Ancienne Maison de Ville qui abrite l’Espace Graffenried et je me suis attelée à faire revenir le théâtre Waouw au centre-ville. J’aime que les autorités communales soient proches de la population et je souhaite améliorer la communication autour des projets et l’accessibilité des services publics. Les questions environnementales sont également au cœur de mes préoccupations. »

Grégory Devaud, : « Municipal depuis 2011 et député depuis 2007, âgé de 36 ans, j’ai été parmi les plus jeunes présidents du parlement vaudois. Ancien champion de cyclisme, je mets à présent mon énergie débordante au service de mon exploitation agricole et de la politique. Très engagé sur la question de l’urbanisme, je parle avec passion de mes dossiers que je maîtrise parfaitement, comme le tout nouveau plan directeur communal ou encore le plan général d’affectation bientôt achevé. Souhaitant donner à Aigle un centre-ville vivant et attractif, je travaille notamment sur la transformation de la place du Marché. »

6. « Souhaitant conserver la syndicature, le PLR Aigle désignera un candidat à ce poste en temps voulu. »

 

Les Vert.e. s & Ouverts

1. « L’alliance avec le groupe AlternativeS a permis de placer onze candidats sensibles à nos idées au Conseil communal (dont deux membres Verts) et une Municipale en la personne de Mme Maude Allora pour la législature 2016-2021. Divers objets ont fait l’objet de correspondances avec la Municipalité d’Aigle. Différentes interventions au sujet des pistes cyclables, abattage d’arbres et zones vertes à Aigle. Nous avons pris position au sujet de la requalification du centre-ville d’Aigle. Le Conseil communal a accepté le 11 novembre 2020 un postulat présenté par Madame Goy, membre des Vert.e.s, intitulé : Elaboration d’un plan « URGENCE CLIMATIQUE » pour appliquer l’agenda cantonal 2030. »

2. « Faire d’Aigle une ville où il fait bon vivre.
Aigle solidaire : Soutenir la population, les indépendants, l’économie de proximité, en créant un fond spécial et en doublant le budget alloué aux prestations complémentaires communales.
Bien habiter : Mener une politique d’acquisition de terrains stratégiquement situés grâce au droit de préemption communal. Prévoir une aide individuelle au logement.
Aigle, pour des familles heureuses : Une place d’accueil à chaque enfant dans un réseau abordable et efficace, au service de la population ; des places de jeux, zones de détente familiales inter générationnelles ; une Maison de quartier pour Aigle centre ; une Ludothèque communale professionnalisée ; la promotion de la Médiathèque par des activités artistiques régulières pour enfants et adultes.
Aigle répond aux attentes de tous.tes : Les propriétaires de chiens doivent pouvoir disposer d’un espace de liberté réservé, un dogpark. Cette obligation légale est indispensable à l’équilibre des chiens. Ceci permettra aussi d’empêcher des rencontres entre ces animaux et ceux qui souhaitent les éviter. »

3. « Dans notre ville en mutation, les besoins des piétons et des cyclistes ne sont que rarement pris en compte. A l’heure de l’urgence climatique, ces projets sont prioritaires : sécurité pour tous sur la voie publique - mise en place d’un véritable réseau cyclable - élimination des risques pour les enfants sur le chemin de l’école à pied ou à vélo - augmentation des espaces dédiés aux piétons, promotion des zones piétonnes et de rencontre - création de chemins sécurisés pour traverser les routes très fréquentées et les carrefours difficiles.
2026, c’est demain ! « Je me promène entre de longues tiges et des herbes rases, des fleurs et des insectes. Je suis au milieu d’une prairie sauvage et pourtant, je suis au centre d’Aigle, sur un toit végétalisé. En été, depuis l’installation de cette prairie, le bâtiment est plus frais de 3 à 4 degrés. Comme c’est agréable ! L’eau est bien drainée lors de fortes pluies. Un peu plus loin, j’aperçois un autre toit où poussent des légumes. Les élèves de l’école y apprennent à jardiner et reconnaître les insectes. Ce système existe déjà dans de nombreuses villes suisses. Utopie ou réalité à Aigle d’ici 2026 ? »

4. « Nous proposons 16 candidats. Nos candidat.e.s pour les Conseils communaux de 2021 s’engagent pour un développement et une économie durable, pour une politique sociale solidaire et pour la protection de notre environnement. »

5. « Le mouvement Vert.e.s & ouverts et le Parti socialiste aiglon présentent une liste commune à la Municipalité avec un candidat pour chaque parti. Louis Goy se présente pour les Vert.e.s & Ouverts. »

Louis Goy : « Je suis conseiller communal, responsable du groupe des Vert.e.s d’Aigle. Je suis un professionnel compétent, travailleur social sensible aux conséquences socio-économiques de la crise sanitaire pour étoffer le collège municipal. Je veillerai à la mise en œuvre de la lutte contre le réchauffement climatique et l’effondrement de la biodiversité. Mon objectif est d’assurer un développement qualitatif d’Aigle (parcs publics, ressourcerie, jardins familiaux, réduire les îlots de chaleur). »

6. « Aucune candidature enregistrée jusque-là. »

 

PAI-UDC

« Les électrices et électeurs du canton verront réapparaître les lettres PAI sur certaines listes des élections communales de mars prochain. Ces trois lettres signifiant Paysans, Artisans, Indépendants avaient en effet pratiquement disparu du paysage politique vaudois depuis 1985, lorsque le PAI-UDC avait décidé de ne garder que le second trio de lettres pour s’identifier. La réapparition du PAI est un clin d’œil au passé afin de marquer le 100e anniversaire de l’UDC Vaud. Le parti est en effet né le 13 janvier 1921 dans l’église de St-Cierges, près de Thierrens dans le Gros-de-Vaud. »

2. « Des transports performants : Pour une bonne cohabitation des transports publics et privés, aussi avec Mobilis. De maintenir la circulation automobile au centre, à vitesse réduite. C'est vital pour les commerces. Un soutien clair à la sécurité : Pour qu'Aigle ne suive pas l'exemple de Bex et reste une ville sympa où il fait bon vivre. »

4. « La section aiglonne du PAI-UDC & Indépendants présente 14 candidats pour le Conseil Communal. Nous disposons avec la législature en cours de 9 sièges. »

5. « La section aiglonne du PAI-UDC & Indépendants présente deux candidats : Anick Badan, 43 ans, conseillère communale depuis 5 ans et Jean-Luc Mayor, 57 ans, conseiller communal depuis 25 ans. Il a présidé à deux reprises le législatif d’Aigle. »

6. « Aucune candidature enregistrée jusque-là pour la syndicature. »