La flore de Bex dans un pot de miel

Au moins 20’000 espèces d’abeilles sont répertoriées sur la planète, dont environ 2’000 en Europe. Le rôle de ces insectes est d’une importance cruciale puisqu’ils participent activement à la pollinisation. Bien entendu, les abeilles ne sont pas seules dans ce processus puisqu’il existe des milliers d’autres variétés de pollinisateurs comme des oiseaux (le colibri) et même des mammifères (la chauve-souris nectarivore).

Les ruches de Pierre-Yves Marlétaz
Les ruches de Pierre-Yves Marlétaz


Savez-vous qu’une grande partie des abeilles ne produit pas de miel ? Rassurez-vous, celles de Pierre-Yves Marlétaz en produisent un d’excellente qualité : information confirmée par « Le Point Chablais » qui a goûté l’une des douceurs que le Bellerin vend. Il s’agit d’un assemblage de ses trois miels ; le résultat est gourmand !

Un miel 100% Bex

Pierre-Yves Marlétaz est tombé dans le pot alors qu’il n’était âgé que de 14 ans. « C’est mon grand-père qui m’a transmis deux ruches et sa passion. » Cela fait plus de 40 ans que l’apiculteur œuvre aux côtés de ses abeilles. Il rêverait de pouvoir en faire son métier. Ce passionné est président de la société d’apiculture le Chamossaire qui compte une huitantaine de membres.

Les miels du Bellerin
Les miels du Bellerin


Pierre-Yves Marlétaz possède des ruches aux Plans, à Frenière et à Bex. À chaque altitude son miel. Celui des Plans, en montagne, est plus foncé puisqu’il s’agit d’un mélange de fleurs et de forêts. A contrario, celui de la plaine est plus corsé puisqu’il reflète les châtaigniers. Celui de Frenière, quant à lui, est un miel de fleurs et de tilleul. C’est l’environnement qui entoure les ruches qui donne ses spécificités au miel. Ce dernier change d’ailleurs de goût et de couleur d’une récolte à l’autre. Comme pour la vigne, les années se suivent, mais ne se ressemblent pas. Le Bellerin produit également un quatrième miel, le fameux assemblage qui a été brassé longtemps afin de le rendre crémeux. Si le temps est clément, une ruche peut produire jusqu’à 30 kilos de miel. « Parfois ce n’est que 3 kilos », explique Pierre-Yves Marlétaz. Les récoltes se font au printemps et en été. Encore une fois, cela dépend du temps et d’autres paramètres, bien évidemment. D’ailleurs, il arrive fréquemment que des saisons soient fatales à des ruches.

La mode du miel maison

Nombreuses sont les annonces publicitaires sur internet à encourager les consommateurs à acheter leurs produits dont une partie des fonds récoltés sert à sauver les abeilles. En effet, les substances chimiques jouent un rôle dans leur surmortalité, tout comme les parasites – l’un des plus courant étant le varroa – ou encore les changements climatiques. Mais difficile de savoir si notre geste commercial aura une réelle influence sur la survie des abeilles. Une autre solution : le DIY (do It Yourself – faire soi-même). Aujourd’hui, devenir apiculteur est à la mode. Consommer local, bio tout en protégeant une espèce, c’est le trio gagnant. Si certains se passionnent réellement et s’occupent correctement de leurs ruches et de ses habitantes, d’autres ne se rendent pas compte de la tâche qui les attend. Pierre-Yves Marlétaz nous le confirme : « C’est beaucoup de travail. S’il pleut pendant une semaine et que le dimanche il fait beau, il faut s’occuper de ses ruches et non pas aller profiter du soleil. »

N’est pas apiculteur qui veut. En effet, une ruche demande de l’attention et ce toute l’année…, même en hiver. En plus des ruches, le Bellerin élève ses propres reines. Il s’agit de reines qui essaiment très peu, c’est-à-dire qu’elles ne quittent pas la ruche pour former une nouvelle colonie ; phénomène qui se produit généralement au printemps ou au début de l’été. 

Plonger dans l’univers de l’apiculture est aussi complexe qu’intéressant. Un seul article peine à décrire l’ampleur de la tâche. Mais le résultat en vaut la peine. Pour déguster le miel de Pierre-Yves Marlétaz, il suffit de le contacter ou le demander à la Laiterie Modèle à Bex, chez Sylvain Bernard au Pont-de-Nant ou à L’Office du Tourisme. Quant à ceux qui veulent se lancer dans l’aventure, l’apiculteur tient un magasin à Bex dans lequel il vend le matériel nécessaire.

Informations

Pierre-Yves Marlétaz
079 232 54 86
pymarletaz@gmail.com              

Partagez l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Thêmes

Article écrit par

Zoé Gallarotti

Zoé Gallarotti

Rédactrice en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Point Chablais
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn