Annonces

Annonces

Annonces

L’énergie solaire pour tous

La coopérative OptimaSolar Chablais a été fondée l’an dernier. Son objectif est de construire et exploiter des installations photovoltaïques de manière transparente, durable et économique. Elle recherche actuellement des coopérateurs prêts à investir dans la production d’énergie solaire, ainsi que de grands toits pouvant supporter de tels aménagements.

 

OptimaSolar Chablais souhaite installer des parcs solaires dans le Chablais
OptimaSolar Chablais souhaite installer des parcs solaires dans le Chablais

 

Quelques chiffres

En 2019, le gouvernement suisse annonçait l’objectif suivant : la neutralité carbone à partir de 2050. La production d’énergie dans notre pays se répartit comme suit (chiffres de 2023) : pétrole (36,3%), énergie nucléaire (19,9%), force hydraulique (14%), gaz (12,8%), autres (17%). La production d’électricité provient principalement des centrales hydrauliques (62%), des centrales nucléaires (29%) et des centrales thermiques conventionnelles et installations renouvelables (9%).

 

Pour atteindre cette neutralité carbone tant espérée, de nombreuses mesures sont prises par la Confédération, les cantons, les communes et d’autres acteurs. De belles opportunités se créent. Concernant l’énergie solaire, Patrick Hofstetter, expert en climat et énergie, WWF Suisse, indique que : « près de la moitié de la consommation d’électricité en Suisse pourrait sans problème être couverte par l’énergie solaire. »

 

Dans cet esprit, ça bouge dans la région. La cité du sel a dernièrement publié ses statistiques pour l’année 2022 : elle a enregistré plus de 6’730 m2 de nouveaux panneaux, un chiffre largement supérieur aux 2’800 m2 par année, surface visée dans le cadre de la planification énergétique territoriale de la commune approuvée en 2021. Petite parenthèse, cette année, la commune de Bex s’est d’ailleurs jointe pour la première fois au Festival du Film Vert organisé du 5 mars au 10 avril dernier avec des projections réalisées au Grain d’Sel suivies de discussions entre les spectateurs et différents intervenants. Mais elle n’est de loin pas la seule à agir en faveur de cette transition énergétique, les communes alentour mettent également la main à la pâte !

 

Ensemble nous sommes plus forts

Cette citation n’a jamais été aussi vraie. Tout le monde n’a pas le budget pour l’installation de panneaux photovoltaïques ou ne dispose pas d’un toit pour ce faire. Pourtant, l’énergie solaire devrait pouvoir être accessible par tous. De ce constat est née la coopérative OptimaSolar Suisse. C’est à Soleure, en 2011, que le projet a débuté. Son but est de créer des centrales solaires sur de grandes surfaces ; des toitures de 500 à 2000 m2. Pour financer les installations, OptimaSolar prend la forme d’une société coopérative. Elle s’exempte ainsi d’emprunts bancaires et compte sur la participation de ses membres, des coopérateurs, qui deviennent des acteurs et décisionnaires à part entière de l’entreprise. Le pouvoir est donc exercé démocratiquement.

 

Le Chablais est dorénavant concerné

Depuis sa création, OptimaSolar Soleure a déjà créé une trentaine de parcs solaires. D’autres coopératives ont depuis été fondées. Elles sont basées à Fribourg (6 installations), Worblental (6 installations), sur la Côte (2 installations) et, depuis un an, dans le Chablais. Ensemble, elles forment l’association de coopératives OptimaSolar Suisse.

 

Léonard Farine, président d’OptimaSolar Chablais, nous explique avoir découvert l’association en 2021, « lors du Festival du Film Vert, à la suite de la projection du documentaire « We the power » qui parle des défis énergétiques. J’ai adoré le projet qui apporte une réponse concrète. » En mars 2022, une assemblée constitutive est organisée ; la coopérative chablaisienne voit officiellement le jour le mois suivant.

 

Mettre son toit à disposition

La première étape pour OptimaSolar Chablais est de trouver un toit. Une surface suffisamment grande et une importante consommation électrique du bâtiment en journée font partie des conditions. Les maisons individuelles ne sont pas concernées. « Le propriétaire d’une maison individuelle a tout intérêt à réaliser une telle installation de son côté, car elle sera rapidement rentabilisée. Nous intervenons sur de grandes surfaces détenues généralement par des petites et moyennes entreprises ou d’autres organisations qui n’ont pas nécessairement le budget pour de telles réalisations. Notons que pour un toit de 500 m2 il faut compter un budget d’environ 150’000 francs », précise Léonard Farine. 

 

L’énergie solaire devrait pouvoir être accessible par tous
L’énergie solaire devrait pouvoir être accessible par tous

 

Le propriétaire du toit bénéficie de trois avantages. Tout d’abord, il reçoit des parts sociales à hauteur de 5% du montant net de l’investissement, ainsi que, dès la troisième année, un taux d’intérêt annuel d’environ 2% des bénéfices totaux de la coopérative. Ensuite, l’énergie solaire produite est directement injectée dans son réseau électrique ; il achète le courant à un prix concurrentiel (le reste de l’électricité dont il a besoin continue de provenir du réseau public). Finalement, il contribue activement à la transition énergétique. Précisons que la durée de vie d’une installation photovoltaïque, et donc du contrat signé entre les deux parties, est de 30 ans.

 

Une fois les fonds trouvés, l’installation est gérée par la coopérative. « Pour cela, nous privilégions des entreprises régionales via un appel d’offre transparent, selon les critères techniques, financiers et éthiques définis avec le propriétaire du toit. Nous nous chargeons ensuite du suivi et des éventuelles réparations et remplacements », explique Léonard Farine.

 

Investir pour l’avenir

Pour financer ces installations solaires, il faut récolter des fonds. Les particuliers, collectivités publiques, entreprises, associations et toute autre organisation peuvent participer à la réalisation du projet en contribuant au capital de la coopérative par l’achat d’une ou plusieurs parts sociales. La valeur d’une part est de 1’000 francs. Chaque détenteur de ces parts devient ainsi coopérateur d’OptimaSolar Chablais et donc coproducteur du courant électrique d’origine solaire, mais également décisionnaire puisqu’il dispose d’une voix à l’assemblée générale et a accès à toutes les informations. 

 

Les parts sociales achetées servent donc à financer les centrales solaires. Comme pour les détenteurs de toits, les coopérateurs touchent un retour sur investissement d’une valeur d’environ 2% des bénéfices, ce dès la troisième année. La coopérative n’a pas de but lucratif: les bénéfices supplémentaires sont entièrement réinvestis dans de nouvelles installations.

 

Avec l'achat de 5 parts sociales OptimaSolar Chablais, vous pouvez vous assurer que la consommation électrique annuelle de votre ménage est couverte par du courant solaire
Avec l’achat de 5 parts sociales OptimaSolar Chablais, vous pouvez vous assurer que la consommation électrique annuelle de votre ménage est couverte par du courant solaire

 

Outre le retour sur investissement possible – selon les estimations, un remboursement des fonds investis devrait pouvoir se faire sur une période de 20 ans -, les coopérateurs s’engagent dans un projet social, local et écologique. Il est synonyme de la mise hors service des centrales nucléaires, tout en évitant la construction de centrales thermiques. Le surplus d’énergie produite par OptimaSolar – celui qui n’est pas racheté par les propriétaires des toits – est redistribué dans le réseau et donc dans les ménages de la région. « Avec l’achat de 5 parts sociales OptimaSolar Chablais, vous pouvez vous assurer que la consommation électrique annuelle de votre ménage est couverte par du courant solaire », relève Léonard Farine avant d’ajouter : « Notre approche est la production d’une énergie citoyenne et non entre les mains d’entreprises privées. »

Informations

Devenez coproducteur/trice de courant solaire
Une énergie renouvelable, locale et citoyenne

www.optimasolar-chablais.ch/devenir-cooperateur

Partagez l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Thêmes

Article écrit par

Zoé Gallarotti

Zoé Gallarotti

Rédactrice en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

Dans la même catégorie

Point Chablais
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn