Détox et régimes miracles sont-ils la solution?En voilà un sujet qui fait débat… Le régime détox fait-il réellement des miracles ou est-ce une arnaque purement commerciale ? Détox ou infox (fausse information) ? Réponse tout de suite dans ce dossier qui se base sur l’expérience de quatre professionnelles : deux diététiciennes du CHUV, une kinésiologue et thérapeute NAET et une thérapeute-nutritionniste.

Les régimes, perdre du poids, se priver, compter les calories, la balance, etc. Nous pourrions continuer longtemps. Ces mots sont sources de beaucoup de maux. Les magazines, internet ou encore les réseaux sociaux tentent de nous vendre la technique ou le produit miracle qui saura nous faire ressembler à ces mannequins que l’on voit dans les publicités. C’est ainsi que le terme « détox » est régulièrement employé sous des formes diverses : cure détox, régime détox, comment éliminer les toxines ou encore cure dépurative pour l’organisme. Qu’est donc réellement la détox ? Selon le dictionnaire, il s’agit d’une mode qui ne se fonde sur aucune base scientifique et son efficacité n’est pas encore prouvée.

Qu’est-ce que la détox ?

Avant de juger ce terme, apprenons déjà à le comprendre. Pour faire simple, la détox permet l’élimination des toxines par l’utilisation de produits spécifiques, et généralement bio, comme certains thés, infusions, gélules, jus de fruits, etc. Mais notre corps n’est-il pas conçu pour éliminer de lui-même ces toxines ? Nadège Fontaine, nutritionniste (MCO) & thérapeute à Monthey, nous le confirme : « Nous avons cinq organes d’élimination qui travaillent en permanence et en synergie : Les intestins, le foie, les reins, les poumons et la peau.  C’est leur état de santé qui va déterminer notre capacité à nous « détoxifier ». Les fonctions des intestins sont: la fonction digestive, le transit, la fonction digestive, la fonction immunitaire et le système nerveux. Celles du foie sont de détoxifier le corps, de réguler le métabolisme des lipides, glucides, protéines et la gestion des macronutriments dans l’organisme et bien d’autres fonctions (plus de 200). Les reins éliminent de nombreux déchets via l’urine et gèrent, entre autres, l’équilibre des électrolytes et des déchets du corps et s’occupent de la régulation de l’équilibre osmotique intra et extracellulaire. Les poumons, centre de l’oxygénation et de l’élimination du dioxyde de carbone que nous respirons, sont aussi en mesure d’expectorer des glaires. L’encrassement des poumons peut engendrer un encombrement des voies respiratoires (type troubles ORL). Les poumons et les reins sont en plus, les plus grands systèmes tampons pour l’équilibre acido-basique du corps. La peau élimine les toxines, notamment grâce à la transpiration et les boutons. »

Si le corps s’auto-gère de lui-même, que peut apporter de plus la détox ? « Le but de la détox est de drainer les organes émonctoires (organes d’élimination) et de favoriser l’élimination des surcharges acides et de toxines pour relancer le métabolisme », développe Nadège Fontaine avant d’ajouter : « La fonction des organes émonctoires s’affaiblit et perd de son efficacité si l’hygiène de vie de la personne la sollicite trop (abus d’alcool et de sucre, farines et huiles raffinées, stress, peu de sommeil). À savoir que la majorité de la détox se passe lors du sommeil. Avant de faire un régime « détox », le but serait d’abord de se focaliser sur l’hygiène de vie pour optimiser les fonctions naturelles de ces organes. »

Pour Véronique Briguet, kinésiologue et thérapeute NAET à Collombey, le régime détox peut s’avérer être un mode alimentaire intéressant dans certains cas. « Ce qui me déplaît, c’est le mot régime, car celui-ci n’est pas très sexy et ne fait pas rêver surtout quand nous parlons de manger. Mais si vous avez des habitudes alimentaires délétères, êtes en surpoids ou avez des pathologies particulières, ce mode alimentaire peut être intéressant. Notre société moderne mange trop et trop riche. Si vous regardez ce que mangeaient nos grands-parents en regard de leurs activités quotidiennes, nous sommes loin d’une alimentation adaptée à notre mode de vie sédentaire. »

Quels dangers ?

Lorsqu’il s’agit de changer ses habitudes alimentaires, les dangers sont nombreux. « Il faut se méfier du mot détox car il veut tout et ne rien dire. Si l’on désire adapter son alimentation, l’idéal est de se faire accompagner par un professionnel qui est à même de nous conseiller dans notre démarche et éviter ainsi de faire des choses qui pourraient être inadaptées et engendrer beaucoup de frustrations », précise Véronique Briguet.

Pour Nadège Fontaine, la détox n’est pas à prescrire à n’importe qui et il y a des règles à suivre : « Par exemple, chez une personne dévitalisée, en convalescence ou amaigrie, il faudra d’abord revitaliser l’organisme car la détox nécessite de l’énergie pour éliminer les acides et peut entraîner des désagréments tels que maux de tête et diarrhées. Il faut également se méfier de l’utilisation systématique des méthodes drastiques comme les jeûnes ou les régimes « détox » de type crudivore qui peuvent engendrer des carences, notamment en protéines. Ces régimes promettent souvent monts et merveilles. Nous souhaitons changer rapidement, que ce soit dans un but de bien-être général ou tout simplement pour perdre du poids. Les changements rapides riment souvent avec grande frustration et, en conséquence, nous reprenons vite les kilos perdus. Il est également très important de tenir compte du fait qu’aucune détox ne remplacera une bonne hygiène de vie, qui se chargera déjà de garantir un bon fonctionnement de votre corps. »

Et si la solution était ailleurs ?

Et si on ôtait tout simplement les mots « régimes » et « frustrations » de notre dictionnaire ? Pour Muriel Lafaille Paclet, diététicienne cheffe au CHUV et Nicoletta Bianchi, diététicienne-cheffe adjointe au CHUV, le mot « détox » fait sourire. « Le mot détoxifier est exagéré car il sous-entend que les aliments que nous ingérons sont toxiques. Par ailleurs, le terme « détox » est très conceptuel, ça renvoie à une certaine pureté. Or notre foie et nos reins jouent un rôle important, ce sont les principaux organes qui nettoient le corps. En cas d’excès de certains nutriments comme les protéines, le foie les transforme et les reins les éliminent sous forme d’urée. »

La détox est-elle alors une mode ? « Certainement, au même titre que le végétarisme ou le véganisme. Je ne critique pas ces pratiques, mais nous ressentons le besoin de nous mettre des règles alimentaires, c’est notre religion. La détox, c’est tout simplement marketing, au même titre que le régime ananas, le régime au charbon ou ces médicaments qui font maigrir. Dans notre métier, nous ne parlons pas de « régime », mais d’alimentation équilibrée. Nous ne sommes pas dans la restriction qui amène la frustration. Manger équilibré n’empêche donc pas les excès. Les repas de fêtes s’équilibrent sur les repas précédents et suivants. Il est important de savoir que les Suisses ne consomment pas la moitié de ce qu’ils devraient manger en fruits et légumes. Une bonne alimentation est faite de produits riches en fibres, de végétaux et de légumineuses, mais également de produits oléagineux. Il faudrait également manger moins de viande et choisir judicieusement le poisson. »

Se faire plaisir et perdre du poids – ou maintenir son poids – n’est donc pas incompatible. Toutefois, manger sainement s’apprend. « C’est une éducation qui commence dès l’enfance. En cas de doute, il faut faire appel à un diététicien : un titre qui est reconnu au niveau de la nutrition et de l’alimentation. Les méthodes et régimes actuels sont voués à l’échec et pour éviter l’effet yoyo, il faut manger ce dont notre corps a besoin, sinon il crée des réserves pour subvenir à ses besoins et la prise de poids est alors inévitable. Pour prendre soin de soi, il ne faut pas faire un régime détox une fois par an, mais trouver un équilibre au quotidien en sachant que chaque personne est différente : un métabolisme, un rythme de vie et une prise en charge différents. Il faut également se réapproprier les sensations de base comme la satiété. Pour cela il faut apprendre à s’écouter, mais cela demande du temps et de la volonté. »

Conclusion

Alors, détox ou infox ? À vous de juger et de vous forger votre propre opinion. Ce qui ressort des discours des quatre spécialistes interrogées, c’est que la solution se trouve dans une alimentation saine au quotidien. Pas facile d’y arriver avec ces fast-foods, ces plats préparés, ces aliments transformés et tout ce qui est fait pour nous faire gagner du temps au détriment de notre santé. Dans ce dossier nous parlons de la détox, mais finalement elle englobe beaucoup d’autres types de régimes comme le jeûne intermittent (à la mode aussi ces dernières années). Bref, autant de techniques qui ont des bons comme des moins bons côtés. N’oublions pas également les bénéfices d’une activité physique régulière, ne serait-ce que de la marche !

 

Informations
Un grand merci aux personnes suivantes d’avoir pris le temps de répondre à mes questions :
Véronique Briguet
Kinésiologue et thérapeute NAET
Chemin du Verger 20
1868 Collombey
 
Nadège Fontaine, nutritionniste (MCO) & thérapeute
Rue de la Verrerie 1
1870 Monthey
 
Muriel Lafaille Paclet
Diététicienne-cheffe au CHUV
Nicoletta Bianchi
Diététicienne-cheffe adjointe au CHUV
 
 

 

PARTENAIRES

   avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium