En cette période de fêtes on peut se permettre bien des excès et c’est tant mieux ! Alors continuons notre voyage au pays des gourmandises en poussant la porte du laboratoire des Délices de Tantine à Saint-Maurice.

 

La famille Huber, de g. à d. : Yann, Christine, Michel et Julien

La famille Huber, de g. à d. : Yann, Christine, Michel et Julien

 

Après un premier contact par téléphone, je suis cordialement conviée à venir découvrir cette caverne d’Ali Baba aux mille senteurs. On me promet de repartir avec quelques kilos de plus, car il faut goûter pour en parler… Ici, le produit phare ce sont les flûtes qui se déclinent en de nombreuses variétés toutes aussi gourmandes les unes que les autres. Mais les biscuits et les caramels à la crème ont aussi la cote. Des caramels… C’est d’ailleurs avec ce produit que l’aventure a débuté. Retour sur une histoire sucrée-salée qui a mené la famille Huber de la redistribution à la confection.

Julien Huber travaille la pâte pour les flûtesSouvenirs d’antan

C’est en 1978, dans un village de la Broye, que tout commence. Denise Quillet découvre dans une laiterie d’Estavayer-le-lac, des caramels qui lui rappellent ceux de sa grand-maman, Lina. En accord avec le fabriquant, elle décide de les revendre. Une simple sucrerie est donc à l’origine de cette toute nouvelle entreprise d’abord appelée « Caramels de Tante Lina ». D’autres spécialités viennent ensuite s’ajouter et leur commercialisation s’étend en région romande ; même la raison sociale change pour « Délicatesses de Tantine ». En 1994, Christine et Michel Huber, jusque-là clients et revendeurs des produits distribués par Denise, décident de reprendre l’activité. La gamme s’étend une nouvelle fois avec notamment les fameuses flûtes.

Une production maison

Alors que l’entreprise se contente depuis toujours de distribuer des produits confectionnés par d’autres, l’idée de créer leur propre production apparaît à la famille Huber au début des années 2000. Julien, pâtissier-confiseur de formation, réalise un projet théorique en 2005 dans le cadre d’un travail de diplôme de l’Ecole Hôtelière de Genève. « Mon objectif était d’acheter moins et de produire plus afin de gagner en flexibilité », confie-t-il. En 2013, c’est une véritable révolution qui s’opère. Julien décide de concrétiser son projet. « Nous avons repris les anciens locaux de la Boulangerie Rouge à Saint-Maurice. C’est avant tout un laboratoire qui y est installé. Même si nous disposons d’une petite étagère pour la vente directe, notre objectif est toujours de distribuer nos produits par le biais de revendeurs. » L’année 2014 est marquée par l’arrivée du fils aîné, Yann, qui reprend le travail de redistribution et de contact à la clientèle ; pour marquer le coup, un nouveau nom est choisi : « Les Délices de Tantine ». Les parents, Christine et Michel, se retirent doucement afin de laisser leurs enfants reprendre l’entreprise familiale. « Ils profitent d’une retraite active et sont présents tous les lundis et lorsque nous avons beaucoup de boulot. »

Dès lors, les Délices de Tantine confectionne 75% des spécialités proposées : une dizaine de sortes de flûtes, des biscuits et des caramels à la crème. « On crée une trentaine de produits qui évoluent chaque année, le tout réalisé avec des aliments suisses. » Le beurre vient parfois directement d’un alpage, parfois d’une laiterie, le fromage quant à lui est d’origine fribourgeoise, tout comme les greubons ; la farine des moulins de Cossonay et les œufs d’une ferme à Roche lorsqu’ils sont disponibles. De délicieuses collaborations pour de délicieuses gourmandises. Bien entendu, les Délices de Tantine continue la distribution de produits fribourgeois ou gruériens. « Nous essayons de compléter les gammes de ces régions, ainsi nous ne faisons pas les meringues, par exemple. »

Les spécialités des Délices de Tantine sont en vente dans de nombreuses laiteries, fromageries, vinothèques, épiceries fines ou boulangeries de toute la Suisse. Manor et Globus font également partie des revendeurs. Du côté du Chablais, plusieurs adresses sont partenaires : la Laiterie Modèle (Bex), la Laiterie Centrale (Ollon), Landi Proshop (Saint-Maurice), Monthey’roir (Monthey), la boucherie de Préville (Monthey), Macheret Fromage (Villeneuve) et la Boîte à Froumage (Vouvry).

À la conception des flûtes, la bonne humeur de Carlos à gauche et Alessandro à droite est contagieuseUne visite guidée au pays des gourmandises

C’est la famille au complet qui m’accueille dans leur laboratoire, Christine et Michel ainsi que leurs deux fils, Yann et Julien. Le premier souvenir marquant : la bonne odeur lorsque l’on pousse la porte des Délices de Tantine. Je découvre d’abord une première salle dans laquelle deux employés confectionnent les flûtes à une rapidité déconcertante. Carlos et Alessandro font ça les yeux fermés. Après la visite des frigos contenant de nombreux chariots - une réserve d’une semaine seulement - je me retrouve dans la salle d’emballage. Stéphanie et Anne-Marie remplissent les sachets avec le sourire. La question que je me pose : comment font-elles pour ne pas picorer toute la journée ? « On se fait violence », répondent-elles en cœur. Anne-Marie me confie être employée depuis l’ouverture du laboratoire. « Avant, j’étais serveuse. Mais je préfère ce travail aux Délices de Tantine car, ici, les flûtes ne me contrarient pas. » Finalement, la visite se poursuit avec la rencontre de Yann. Il parcourt plus de 1600 km chaque semaine pour effectuer des livraisons à plus de deux cents clients à travers toute la Suisse. « J’aime le contact humain, c’est ce qu’il y a de plus important. Nous sommes chanceux car nous avons une gentille clientèle. » Yann et son frère ont presque grandi dans l’entreprise. « Nous avons appris à conduire sur le premier bus de distribution. J’aime d’ailleurs dire que la distribution est pour moi comme une sœur ; on a grandi dans la même maison et on a été élevé par les mêmes parents. » Le papa, Michel, quant a lui, est ravi de voir ses enfants à l’œuvre et n’a jamais douté d’eux. « Je suis surtout content que tous les deux travaillent dans des domaines qui les passionnent. »

Durant cette interview, la famille Huber m’a fait goûter ses flûtes ; elles sont vraiment délicieuses. Une belle et gourmande expérience amenée à être partagée, car ce sont les poches pleines que je suis repartie. Chez les Huber, la générosité ne se trouve pas que dans leurs confections, c’est un véritable art de vivre. D’ailleurs, ils collaborent avec la Fondation IPT, spécialiste de la réinsertion professionnelle des personnes en difficultés face au marché du travail ou atteintes dans leur santé. À ce titre, les Délices de Tantine accueille régulièrement des stagiaires sur des durées déterminées.

 

Informations
Les Délices de Tantine
 
 
Les fournées du jour avancent
Stéphanie et Anne-Marie à l’emballage

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium