La culture biodynamique en plein cœur d’Aigle avec le domaine de La Perrole qui vend ses fruits, ses légumes et ses céréales lors des marchés ou directement sur son domaine. Plus qu’une philosophie, c’est un véritable partage de produits naturels.

Perrole

Pierre-Alain Schweizer tenant une tomate de 1,2 kilo

Aujourd’hui, le bio on en trouve partout, mais surtout à des prix élevés. Mais le vrai bio c’est celui que l’on cultive à côté de chez nous, pas celui qui a pris deux avions et trois trains pour arriver dans notre assiette. Le bio est devenu une véritable philosophie pour Pierre-Alain Schweizer, marié, père de deux enfants et qui dirige le domaine de La Perrole.

 

De la culture de masse au bio

Le domaine de La Perrole a été créé en 1954 par Christian, le grand-papa de Pierre-Alain. Ce dernier avait déjà essayé de produire du bio, mais, en période d’après-guerre, le projet n’a pas abouti. C’est ensuite Paul, son papa, qui a repris le domaine, produisant de grandes cultures de maïs et de blé. Pierre-Alain Schweizer s’est lancé dans l’aventure familiale en 2000, modifiant totalement le domaine neuf ans plus tard pour proposer de l’agriculture biodynamique. «C’est un an plus tôt, en regardant une émission sur des paysans qui vendent des légumes sous forme de paniers que l’idée m’est venue. J’ai alors voulu nourrir ma famille avec des produits sains», indique-t-il. Une nouvelle ère est donc née pour ce domaine de 18 hectares où il fait bon s’y promener.

 

De la terre à l’assiette

Au domaine de La Perrole on trouve de tout, ou presque, mais surtout des variétés peu communes. Ici, les légumes ne sont pas jetés parce qu’ils ne font pas tous la même taille. Au contraire… Au matin de l’interview, Pierre-Alain est allé cueillir une tomate de 1,2 kilo. «Pas besoin de mettre de «s» à 1 kilo de tomate, puisqu’il y en a qu’une seule», plaisante l’un de ses collaborateurs. Et le matin même, au marché d’Aigle, le légume géant a été vendu sans difficulté.

Avec 18 hectares de terrain, le choix est vaste. Ainsi, le domaine propose des fruits, des légumes et plusieurs anciennes céréales qui sont ensuite transformées par d’autres producteurs en pains, pâtes, huiles, etc. Le domaine dispose même d’un moulin pour y faire de la farine, polenta et semoule.

Les produits de La Perrole sont à acheter directement au domaine lors de son marché paysan les jeudis de 15h30 à 18h30 et les vendredis de 16h30 à 18h30. Le domaine a également un stand aux marchés des mardis et samedis au centre-ville d’Aigle ainsi qu’à ceux d’Yvorne et de Leysin. Sans oublier, bien sûr, les fameux paniers hebdomadaires. Côté prix, Pierre-Alain ne se prononce pas. Ça reste une production biologique, c’est-à-dire sans produits phytosanitaires, ce qui représente plus de pertes et plus de travail manuel. Certains produits seront moins cher qu’ailleurs, d’autres plus. Pour les paniers par exemple, le plus petit est vendu à fr. 20.- pour environ 5 kilos de marchandises ; un prix plus que correct.

 

Une association «Pour la Perrole»

Afin de favoriser la collaboration et les échanges entre le domaine et les consommateurs, une association, Pour la Perrole, a été créée en 2011. Elle compte une cinquantaine de membres et organise des rencontres, des ateliers et des chantiers autour des thèmes de la cuisine et de la gestion écologique du domaine agricole. Ainsi, ces dernières années, l’association est à la tête de la création d’une haie de 300m de long et donc d’un suivi ornithologique précis pour évaluer l’impact des réalisations en faveur de la biodiversité, d’une forêt truffière, de l’installation de nichoirs à martinets, à hirondelles et à passereaux ainsi que de l’installation de perchoirs pour faciliter la chasse aux rongeurs par les rapaces. D’autres projets sont en cours, comme la construction d’une zone humide, des mesures de protection des aires de nidification de l’alouette des champs et des ateliers cuisine.

 

Portes ouvertes

Le domaine ouvrira ses portes au public le 9 septembre prochain afin de partager sa philosophie pour la biodynamie. Dès 10h. des visites des cultures et du rucher seront proposées ainsi que des promenades avec les ornithologues de l’association ainsi que des ateliers créatifs organisés par les Ateliers de l’imaginaire dirigés par Corinne Schweizer, la sœur de Pierre-Alain. Finalement, un brunch attendra les visiteurs qui pourront ainsi déguster les produits cultivés sur le domaine. Ce n’est d’ailleurs pas la seule occasion gustative qui s’offre aux intéressés, puisque des tables d’hôtes sont organisées tous les mois ; elles sont annoncées sur facebook.

 

Informations

www.pourlaperrole.ch

 

Photo: B. Gallarotti

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium