Le fameux moustique tigre arrive dans notre région !

Arrivés pour la première fois en Suisse en 2003, des moustiques tigres ont déjà été signalés à Monthey en 2019. Pour ne pas être envahis par cette bébête assez désagréable, il importe de la reconnaître et d’agir pour empêcher sa prolifération.

Ce moustique doit être signalé
Ce moustique doit être signalé


Vous êtes bien tranquille à siroter un apéro dans votre jardin, quand vous ressentez une première piqûre ! Vous chassez d’un geste indifférent cet opportun mais quelques secondes plus tard, cela recommence. Et ainsi de suite ! Vous décidez d’être plus attentif et essayez d’observer l’intrus. C’est difficile, il bouge tout le temps en papillotant autour de vous, il est minuscule (5 à 10 mm) et il ne fait pas de bruit ! Finalement il se pose et vous l’observez : son corps et ses pattes sont striées de noir et de blanc. Ces fines rayures noires et blanches lui ont donné son nom : c’est le moustique tigre (aedes albopictus) ! D’ailleurs ce moustique a encore une caractéristique différente de celles des autres moustiques : il ne pique que le jour !

La bébête

Vous en avez certainement entendu parler : c’est un moustique qui est originaire d’Asie du sud-est. Considéré comme l’une des espèces invasives les plus redoutées, le moustique tigre a colonisé le monde en quelques décennies du fait de sa grande adaptabilité. L’espèce se reproduit très rapidement : elle est susceptible de proliférer, en particulier à cause du réchauffement climatique. Cet insecte est arrivé en Europe vraisemblablement par le transport de marchandises et des pneus en particulier car il ne se déplace que très peu lui-même en volant.

Son arrivée en Suisse

Déjà assez répandu en Italie, il est arrivé en Suisse dans des voitures et des camions provenant de ce pays. Observé pour la première fois en 2003 au Tessin, dès 2013 il a traversé les Alpes et a été détecté dans plusieurs autres cantons suisses et pour la première fois dans les cantons de Genève et du Valais en 2019, en particulier à Monthey. Dès 2017, l’Office fédéral de l’environnement a mis sur pied le Réseau Moustique Suisse qui coordonne le monitoring et la lutte contre la diffusion des moustiques exotiques au niveau suisse. Les cantons de Vaud et du Valais ont mis sur pied un tel système de surveillance dès 2019, comme tous les cantons romands. Ce suivi a montré que le moustique tigre a même étendu son territoire dans la ville de Monthey en intégrant un nouveau quartier de la ville en 2020.

Un si petit moustique !

Mais finalement, à part la gêne occasionnée par ses piqûres intempestives, pourquoi craint-on tellement ce petit moustique ? C’est qu’il peut être vecteur de nombreuses maladies exotiques graves telles que la dengue, le chikungunya et le virus Zika. Pour le moment, à part quelques cas de maladies importées lors de retour de vacances, aucun moustique tigre découvert en Suisse n’était porteur de ces maladies, mais ce n’est qu’une question de temps. Comme l’indique le Dr Alexandra A. N’Goran, coordinatrice romande des maladies transmissibles : chaque année en France se développent de petites épidémies locales. D’où l’importance de tout faire pour limiter l’arrivée de ce nouveau moustique dans nos régions. 

La prévention

Pour cela, on compte sur vous ! En effet, le moustique tigre ne vit pas sur des lacs ou des étangs mais près des maisons et il se reproduit à grande vitesse dans de petits contenants d’eau. « Dans votre jardin, éliminez tous les endroits pouvant contenir de petites quantités d’eau comme des écuelles d’eau sous vos plantes, des arrosoirs non vidés, des vieux pneus, des gouttières, etc. Videz chaque semaine tous les réservoirs d’eau qui stagne pendant les mois d’avril à novembre ! », indique la campagne du Réseau Suisse moustiques. De plus, soyez attentifs en voyage en revenant du sud de ne pas en importer un dans votre voiture ! Et si vous en voyez un, vous êtes invité à le photographier et à le signaler sur le réseau de surveillance pour les particuliers : www.moustiques-suisse.ch.

En conclusion, comme le dit le Dr Alexandra A. N’Goran, « Ne nous laissons pas envahir par ce moustique agressif et susceptible de transmettre des maladies, agissons dès maintenant car quand il sera établi, il sera beaucoup plus difficile à combattre ! »

Informations

Canton du Valais :
www.vs.ch/web/sfcep/moustique-tigre
Canton de Vaud :

Partagez l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Thêmes

Article écrit par

Florence Moreau

Florence Moreau

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Point Chablais
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn