En Suisse comme dans de nombreux autres pays, la jeunesse sort, fait la fête et boit. Si l’alcool fort est interdit à la vente chez les ados de moins de 18 ans, ces derniers se rattrapent en consommant encore plus de bières et autres alcopops que certains comparent même à une drogue douce comme le cannabis. Pourtant, les problèmes liés à l’alcool doux ou fort sont encore beaucoup trop fréquents: bagarres, accidents, comas éthyliques, maladies du foie, etc. Afin de parer à ce fléau qui devrait normalement concerner les parents, la Coop a une politique très stricte en ce qui concerne la vente d’alcool aux mineurs.

Mineurs de buvez pas!

Depuis plusieurs années, et à l’encontre de ses concurrents, la Coop va au-devant des lois en ne vendant aucun alcool aux moins de 18 ans, même pas de bières. «Ce n’est pas un argument de vente, puisque nous perdons de l’argent avec ce système», explique Claude-Alain Nyffeneger, responsable formation du personnel adulte. En effet, la Suisse est soumise à des restrictions fondées sur la protection de la jeunesse. Les exigences légales sont claires, la vente de bière et de vin aux moins de 16 ans et la vente de boissons spiritueuses aux moins de 18 ans sont interdites. Or, afin de mettre tout le monde sur un pied d’égalité et renforcer plus encore la protection des plus jeunes contre les effets néfastes des boissons alcoolisées, Coop a décidé il y a plusieurs années d’appliquer une tolérance zéro pour les personnes de moins de 18 ans, quel que soit le produit concerné.

Des formations pour le personnel

Les premiers concernés dans cette démarche des centres Coop sont bien sûr les membres du personnel de caisse qui doivent, lorsque le doute subsiste, toujours demander une pièce d’identité officielle. Une carte étudiant n’étant pas suffisante, il faut présenter au minimum un permis de conduire. Afin de sensibiliser les caissières et caissiers, ces derniers doivent obligatoirement tous suivre une formation ciblée sur deux jours. L’aspect technique est travaillé, et des thèmes comme la législation et les outils de prévention internes sont abordés. Les employés se voient fournir des explications sur le blocage de la caisse dès lors qu’un produit concerné est scanné, et des jeux de rôles sont organisés pour apprendre à réagir face aux insistances et intimidations de certains groupes de jeunes. A terme, tous les cas de figure sont traités.

Des contrôles réguliers

Malgré une signalétique très présente en magasin pour rappeler à la clientèle les engagements de Coop en la matière et un DVD interne dans lequel plusieurs scènes explicatives concrètes sont abordées, les erreurs subsistent. Afin de les éviter des contrôles réguliers sont effectués par des personnes internes de type clients mystères, ainsi que des contrôles internes anonymes. Il arrive donc qu’un mineur vienne tester le personnel de caisse pour voir si celui-ci applique à la lettre le règlement. Bien entendu, une marge d’erreur est inévitable, mais, si de l’alcool est vendu à une personne qui n’a pas encore 18 ans, le caissier ou la caissière responsable se verra dans l’obligation de suivre une seconde fois le cours obligatoire proposé par Coop.

coop

 

 

 

En outre, la Coop entretient une collaboration avec des organismes, associations et autres professionnels comme notamment Addiction Suisse.

 

PARTENAIRES

   avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium