suisse gros joueursL’an dernier, le revenu brut des jeux en Suisse romande atteignait les 370 millions pour un bénéfice de 205.2 millions, 2.3 % de plus qu’en 2010. Cette augmentation est due à la progression des ventes de billets à gratter, mais en grande partie aussi au succès de la nouvelle formule de l’Euro Millions, qui, depuis mai 2011, offre la possibilité de participer à un tirage hebdomadaire supplémentaire le mardi.

 

Une institution d’utilité publique

Loterie Romande, qui a fêté ses 75 ans cette année, exploite les jeux de loterie et de paris sur le territoire des six cantons romands (Vaud, Fribourg, Valais, Neuchâtel, Genève et Jura), qui comptent environ deux millions d’habitants. Elle propose des jeux de tirage et de grattage ainsi que des paris sportifs. Certains de ces jeux sont également exploités en ligne. La Loterie Romande reverse l’intégralité de ses bénéfices à l’utilité publique par le biais de six Organes cantonaux de répartition et de différentes institutions sportives. En 2011, le bénéfice à redistribuer a atteint 205.2 millions de francs suisses. Près de 3000 associations, institutions ou fondations ont bénéficié d’attributions réparties entre l’action sociale et les personnes âgées, la jeunesse et l’éducation, la santé et le handicap, la culture, la formation et la recherche, la conservation du patrimoine, l’environnement et la promotion, le tourisme et le développement. En moyenne, plus de Fr. 500 000.- par jour ont ainsi été distribués.

 

Employant 285 collaborateurs au 1er janvier 2012, la Loterie Romande a par ailleurs versé 69,2 millions de francs de commissions de vente à près de 2800 dépositaires en 2011. Par ce biais, elle contribue de manière significative à l’activité des commerces de proximité (kiosques et cafés-restaurants), aussi bien dans les centres urbains que dans les quartiers périphériques et les villages.

 

2011 en chiffre

La Loterie Suisse se répartit en trois secteurs: les jeux de loterie, les billets à gratter et les paris sportifs, le tout séparé dans deux régions, Loro pour la Suisse romande et Swisslos pour la Suisse allemande. En 2011 les dix jeux de loterie (comprenant par exemple le Swiss Lotto, l’Euro Millions, le Bingo, etc.) ont rapporté un revenu brut d’environ 514.7 millions, dont 148.6 millions pour Loro. La Loterie suisse à numéro a enregistré 68.2 millions de grilles jouées pour 59,2 millions de billets gagnants. Le gain le plus élevé remporté l’année dernière est de 17 millions. Tandis que l’Euro Millions a enregistré 53.5 millions de grilles jouées pour 60.6 millions billets gagnants, et la plus grande somme remportée s’élève à 84 millions. Finalement, les machines de billets instantanés ont vendu 39.4 millions de billets, soit 75.1 billets à la minute.

 

Les jeux à gratter eux aussi on la cote, il en existe d’ailleurs trente-deux pour le Swisslos et cinquante et un pour le Loro. Le revenu brut total pour ces jeux s’élève à 342.7 millions dont 189.3 pour Loro. Le jeu qui rapporta le plus fut la «Maison de Rêve». Au total, deux gagnants remportèrent deux millions, un en Suisse romande et un en Suisse allemande avec le même jeu, mais, là-bas, ce dernier se nomme «Traumhaus».

 

Pour les paris sportifs, le revenu brut est de 48.4 millions dont 32.3 millions pour Loro. Une personne remporta Fr. 576 499.- avec le «Totogoal», soit le gain le plus élevé des paris sportifs de 2011.

 

Quelques comparaisons

En 1924, ce ne sont que 515 621 billets de jeux de loterie vendus contre 1.3 milliards en 2000. Le nombre de joueurs a sensiblement augmenté et le prix moyen dépensé annuellement par les Suisses est en hausse et passe de Fr. 190.60.- en 2000 à Fr. 351.- en 2011. Les bénéfices de Loro passent donc de 143.5 millions à 205.2 millions en moins de dix ans.

Si les ventes ont augmenté par rapport aux autres années, la politique de réduction des coûts de fonctionnement a également porté ses fruits et contribue à expliquer la hausse du bénéfice de l’entreprise. La Loterie Romande a par ailleurs poursuivi sa politique de «jeu responsable», initiée il y a plus de dix ans déjà, et ainsi étoffé les mesures prises en matière de prévention et de lutte contre le jeu excessif.

 

Photo: V. Dupraz