Publicité 

bli

La diversification alimentaire menée par l’enfant séduit de nombreux parents. Cette initiation précoce au goût exige du temps et le respect de quelques consignes.

Le principe de la DME est – comme son nom l’indique – de laisser bébé découvrir par lui-même la nourriture et de le rendre ainsi progressivement autonome. « C’est un apprentissage des saveurs et des textures, explique Julie Champenois Wittlin, infirmière pédiatrique et spécialiste de l’alimentation infantile, à Fribourg. L’enfant va toucher, triturer de vrais aliments solides, les porter à sa bouche, mais attention, ça peut prendre du temps. » Eh oui, avec cette approche, les parents ne nourrissent pas bébé à la cuillère, mais le laissent se débrouiller tout seul. Aux alentours de ses six mois, ses habitudes vont changer et il va être plus actif. Manger comme un grand demande à ce que les aliments soient faciles à attraper et fondent rapidement dans la bouche. « Que ce soit une fleur de brocoli, un morceau de poire ou de mangue bien mûre, bébé est capable ensuite de réduire un aliment en bouillie avec sa langue, son palais et ses gencives, observe Barbara Repond, diététicienne spécialisée en pédiatrie à la clinique des Grangettes, à Chêne Bougeries. Ça favorise la mastication et l’implantation des dents à venir. » La DME développe aussi la motricité et la coordination des gestes, car l’enfant doit porter sans encombre la nourriture à ses lèvres. L’intérêt de la méthode est contrebalancé par certains inconvénients comme des repas plus longs, des besoins nutritionnels à compléter. L’avis d’un pédiatre, d’une diététicienne est utile pour savoir si bébé a toutes les aptitudes et habiletés pour se restaurer seul.

Se faire les dents

De nos cinq sens, le goût n’est pas le plus considéré. Pourtant il mobilise toutes les autres facultés à savoir : la vue, l’odorat, le toucher et même l'ouïe qui ont le pouvoir d’interagir sur nos expériences gustatives. De fait, la DME est influencée par le contexte dans lequel elle se déroule. « Ça marche quand les parents aiment cuisiner, manger et qu’ils ont envie de transmettre ce plaisir, relève Mme Champenois Wittlin. À l’inverse, si vous lui préparez un repas spécial sans réelle motivation, l’essai ne sera pas concluant. » Dans une ambiance propice, les jeunes enfants seront davantage curieux et tentés. Outre l’environnement extérieur, bébé est prêt quand il sait se tenir assis sans aide, bouger la tête et dire non. Le stade de développement et de maturité est un préalable indispensable pour réussir la diversification alimentaire. La peur principale des parents face à la DME est le risque d’étouffement. « Si un morceau d’aliment menace de s’introduire dans la gorge, le bébé va heureusement avoir ce qu’on appelle un réflexe nauséeux, rassure Mme Repond. Il va tousser et le ramener à l’avant de la bouche. » Même si la DME fonctionne, le lait reste la base de l’alimentation de l’enfant, l’essentiel de ses repas qui lui apporte les vitamines et les minéraux nécessaires. En lui laissant tester à son propre rythme la nourriture sous toutes ses formes, la DME est une alternative intéressante. Elle permet à bébé de participer au repas familial et libère maman qui peut aussi manger en même temps que tout le monde.

 

Quelques adresses…

LES pédiatres

Chemin du Rionzi 55

1052 Le Mont-sur-Lausanne

Tél. 021 647 60 50

www.lespediatres.ch

 

Centre de santé de l'enfant

Route de Simplon 1

1094 Paudex

Tél. 078 230 30 39

www.pediatrie-pully.ch

 

USCADE

Avenue de Chantemerle 10

1009 Pully

Tél. 021 729 01 11

www.uscade.org

 

Cabinet Natur'elle

Rue du Château 26

1814 La Tour-de-Peilz

Tél. 021 961 92 02

www.cabinet-natur-elle.ch

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium