Annonce

Helena le point chablais

 

Ils habitent Aigle et s’aiment depuis plus de cinquante ans. Une magnifique rencontre avec ce couple et ce, grâce à la Municipalité d’Aigle qui ne manque pas, chaque année, de fêter ses jubilaires.

Cette année, ils étaient plus d’une cinquantaine à être invités par la Municipalité à la réception en l’honneur des jubilaires de la ville d’Aigle. Les noces d’or, de diamant et de palissandre ainsi que les personnes fêtant leur 90e anniversaire étaient de la partie. Parmi eux : Paul et Ginette Fivaz qui vivent le grand amour depuis plus de 50 ans ; un anniversaire qui sera fêté le 7 septembre prochain.

 

Une rencontre cocasse

C’est avec une certaine retenue et quelque peu timide, que le couple nous conte leurs premiers regards. «C’est assez cocasse, ose-t-on en parler ?», demande Ginette avant que son mari ne se lance… «J’ai rencontré Ginette en 1966 sur un bateau dansant à Neuchâtel, elle était assise sur un banc lorsque j’ai décidé de l’inviter à danser. Elle a accepté et nous avons donc dansé sur une marche», se souvient-il avant d’ajouter : «puis, lorsque la musique s’est arrêtée, elle est partie rapidement sans que je comprenne pourquoi. Quelques instants plus tard, je la retrouve à une table avec des amis et lui demande alors pourquoi elle s'est enfuie.» «J’avais simplement besoin d’aller aux toilettes», précise Ginette le sourire aux lèvres. Une première rencontre, un premier sourire, une première danse et, cinquante ans après, ils se remémorent ces instants avec bonheur. «On ne s’est plus quittés ensuite», indique Paul. En effet, le couple a vécu quarante ans à St-Sulpice (VD) où ils ont eu un fils, Laurent, aujourd’hui garde-forestier au Groupement des Agittes.

 

Des escapades en amoureux

Paul et Ginette aiment voyager. Si leurs fiançailles sont un lointain souvenir, leur voyage de noce les fait encore sourire. «Nous sommes partis à Vienne, en train. Et la chambre dans laquelle nous avons dormi était vraiment sommaire avec une toute petite fenêtre carrée et un lit en métal, comme dans les prisons. Ce n’était pas un palace, mais nous gardons de très bons souvenirs», se souviennent les deux époux qui ont beaucoup voyagé en Europe. «Nous préférons partir quelques jours lors de petites escapades.» Des sorties sources de nombreuses anecdotes… Ainsi, au début de cette année, ils sont partis à Morat pour y apprécier la fête des lumières. Initialement, Paul désirait participer à la fête des lumières de Lyon, mais Ginette n’était pas motivée. «Nous avons donc opté pour Morat. Le jour avant de partir, nous avons trouvé une chambre dans la vielle ville. Ces vacances furent finalement fort sympathiques», confie Ginette avant d’ajouter : «je ne m’attendais pas à prendre autant de plaisir. On y retournera !» «Pour ma part, j’ai adoré, c’était génial : je n’ai depuis plus réclamé d’aller à Lyon», indique Paul sur le ton de l’humour.

 

Une retraite aiglonne

À leur retraite, c’est à Aigle que le couple a décidé de s’installer. «C’était une décision importante pour nous de quitter le lac. Nous avons opté pour cette commune après une longue réflexion. La vie culturelle ici m’impressionne. Nous sommes vraiment gâtés», indique Paul avant de préciser : «nous avons également été reçus comme des rois par la Municipalité lors de la fête pour les jubilaires, c’était incroyable !»

Mais si le couple a choisi cette commune pour s’y installer, c’est surtout pour se rapprocher de Laurent, son épouse Valérie et leurs enfants qui habitent Corbeyrier. «Nous avons trois petits-fils, Titouan, Elouan et Malo, âgés de 12, 10 et 8 ans. «Avant, quand on devenait grand-père, on était considéré comme vieux. Pour ma part, j’ai rajeuni de dix ans.» «Nous adorons passer du temps avec eux», souligne Ginette avant de fièrement montrer des photos des garçons qui font tous les trois de la gymnastique. D’ailleurs, Ginette et Paul ne manquent pas de leur transmettre leur passion pour les champignons. Ils vont régulièrement à la cueillette. «À l’époque nous louions un chalet aux Mosses. Un endroit très rustique, sans eau ni électricité. Aujourd’hui, même si nous n’avons plus ce chalet, nous continuons d’aller y chercher des champignons», explique Ginette.

L’amour avec un grand A… «Ce n’était pas le coup de foudre», confient-ils. Mais ils ont appris à se connaître, à vivre ensemble et aujourd’hui ils ne peuvent plus se passer l’un de l’autre. «On se complète.» C’est aussi ça l’amour, et après 50 ans de mariage, Ginette et Paul nous prouvent que tout est possible. Merci à eux pour leur gentillesse et leur partage et puisse leur avenir briller autant que leur passé.

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium