Bienvenue St-Maurice

Ce mois-ci nous avons décidé d’inclure St-Maurice dans nos lignes. Plusieurs raisons nous ont motivés ; la première, contrairement à ce que vous pourriez croire en lisant la suite de ce numéro, n’est pas l’annonce du marché monastique (lire page …), bien que nous ne refusons jamais un verre. En effet, la raison principale est que cette commune est délaissée par les médias locaux, notamment ceux du canton de Vaud. De ce fait, nous avons décidé de rendre sa visibilité à ce coin de pays et puis, avouons-le, commencer par le marché monastique nous réjouissait !

C’est donc avec un réel plaisir que nous annonçons cette manifestation devenue une véritable tradition à Saint-Maurice, et que nous la couvrirons le moment venu. Je peux déjà prévoir que les bénévoles du journal vont se battre pour ce sujet… Nous nous y retrouverons peut-être tous pour y partager le verre de l’amitié.

 

Une correction infaillible ou presque

Ces dernières années, j’ai souvent eu l’occasion de remercier les nombreuses personnes, entreprises et les communes qui nous soutiennent sans faille depuis nos débuts. J’ai également souvent remercié les bénévoles du journal, sans qui rien ne se ferait. J’en profite donc pour renouveler mes plus sincères remerciements à toutes ces personnes, mais également à nos travailleurs de l’ombre. Je précise qu’ils ne travaillent pas au noir, ils ne sont pas rémunérés… Mais ils travaillent dans l’ombre…

Depuis le mois de juin la correction du Point Chablais a été renouvelée. Nous avons donc accueilli deux nouveaux correcteurs. Si la première désire rester anonyme, le second, Christophe Grau, n’a peur de rien. En près de dix ans, c’est le premier dénicheur de fautes qui ose indiquer son nom à la fin du journal. En même temps, il n’a pas à avoir peur, avec sa collègue, se sont de véritables chefs, ils ont l’œil et, il faut le dire, c’est du boulot que de corriger les vingt-quatre pages mensuelles de ce magazine qui, rappelons-le, est produit par des bénévoles. Je suis sans doute la première à blâmer, niveau orthographe. Mais à eux deux ils ne manquent rien. J’offre d’ailleurs volontiers l’apéro à celui ou celle qui trouvera plus de deux fautes dans un même article. Vous noterez que je n’ai pas osé faire cette offre à la première faute trouvée car, soyons réalistes, il n’est pas possible de toutes les repérer. C’est un sacré travail. Mais je peux m’avancer sans peur en disant qu’il y a nettement moins de fautes dans le Point Chablais que dans beaucoup d’autres médias, comme dans un certain journal bleu gratuit dont je tairais le nom.

Je tiens aussi tout particulièrement à remercier notre ancien correcteur qui, selon son souhait, est resté et restera anonyme. J’ai eu un immense plaisir à le côtoyer, c’est un personnage extraordinaire qui a œuvré pour nous depuis le deuxième numéro. Grâce à lui, je fais nettement moins de fautes qu’à mes débuts. Et, au-delà de son travail correctif, j’ai toujours eu un immense plaisir à discuter avec lui, grand connaisseur de la cité du sel et qui a toujours une anecdote sous le coude. Mille mercis à lui et mille mercis à nos deux nouveaux avec qui j’espère collaborer encore longtemps. Longue vie au Point Chablais et à toute son équipe !

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium