Je suis mais qui suis-je?
A Gagner : Un bon de 50 francs pour l’Escape Room du Château d’Aigle (à faire valoir pour un groupe de 6 personnes minimum pour la Légende de la Sorcière)

Je ne suis pas peureux. Enfin si, mais ce n’est pas ce mot que les autres utilisent pour me qualifier. Pourtant, c’est vrai qu’en cas de crise je suis aussi utile qu’un chiffon. Mais s’abstenir d’agir est-il synonyme d’une grande faiblesse ? Je n’ai pas l’impression d’être faible, mais je dois avouer que je préfère partir en courant plutôt que d’aider les autres. De toute façon, les autres se fichent de moi constamment… Alors pourquoi les aiderais-je ? Et puis zut ! Qu’ils se débrouillent sans moi. C’est vrai quoi ! Ce matin, mes voisins sont successivement venus frapper à ma porte afin de me demander un coup de main. Un chien s’est volatilisé dans la sombre forêt qui borde le quartier d’immeubles nouvellement construits. Je précise que c’est du logement neuf, pour que vous compreniez pourquoi j’ai gentiment refusé leur demande. Tout d’abord je ne les connais pas ces gens. De plus, ce chien me réveille tous les matins en aboyant inutilement depuis le balcon de ses incapables de maîtres. Ensuite, comme je l’ai spécialement indiqué, la forêt dans laquelle on me demande d’aller est extrêmement sombre et inquiétante. Jamais je n’y mettrai les pieds ! C’est décidé, je reste chez moi, bien au chaud, loin de tous ces soucis qui ne me concernent pas. Un proverbe dit : «À l’homme audacieux la fortune tend la main.» Ça veut dire quoi ça, au juste ?! N’oublie-t-on pas toutes les fois où l’on va se casser la figure sans rien obtenir en retour ? De toute façon je n’ai pas besoin d’être fortuné pour être heureux. Je préfère être en vie, en bonne santé, sans risquer de me perdre dans une forêt ou m’y casser une guibolle. J’y tiens moi à mes guibolles !

 

Comment m’appellent-ils déjà les autres ? Je n’ai que le mot peureux qui me vienne à l’esprit. Mais ce n’est pas ça, bien que ça commence par la même lettre ! Le courage, je ne connais pas, en effet, je suis pusillanime et alors ? Je préfère ne pas être hypocrite et vous prévenir… Si vous avez besoin d’aide, ne comptez pas sur moi. Il vaut mieux que votre vie ne dépende pas de moi. Je suis un homme de peu, un bélître comme on nous appelait à l’époque, mais j’assume pleinement. Mon honneur compte peu. De toute manière l’honneur n’est qu’une considération accordée par les autres. Je me fiche pas mal de ce que pensent les autres. D’accord, je ne m’en fiche peut-être pas autant que je le laisse entendre. Je ne retrouve pas ce satané mot ! Un mot injuriant que l’on utilise plus. Aujourd’hui on dirait pétochard, dégonflé ou même lopette. D’ailleurs, pourquoi est-ce que je me prends la tête ainsi ? Peut-être suis-je réellement un… Non, décidément ce mot ne veut pas me revenir !

 


Texte: Z. Gallarotti

Délai réponse: 31 mai 2019

Anti-Spam:

Répondez à la question ci-dessous.

Powered by ChronoForms - ChronoEngine.com

 

PARTENAIRES

 logo bleu safran presse 1    avatar a86d294509cb 48   WWW.NOUVELLES-SPORTIVES.CH     Naturasoins Horizontal1    SportChablais Medium